P. DENIS (tootak) : «Le marché de l’audio à la demande est bien parti pour exploser en 2019»

634

Convaincu du potentiel du marché de l’audio à la demande, l’entrepreneur Pierre DENIS, vient de lancer tootak, une nouvelle plateforme – site et appli mobile – d’audio à la demande. Alors pourquoi le marché de l’audio à la demande risque-t-il d’exploser en 2019 ? Réponse ici.

media+

L’audio à la demande et le podcast, tout le monde s’y met. Quelles sont  les perspectives pour le marché ?

Pierre DENIS

Le marché de la vidéo à la demande a mis 10 ans pour arriver à maturité. Cela fait près d’une décennie que Netflix produit du contenu. Aujourd’hui, la plateforme revendique 5 millions d’abonnés en France. Les habitudes et les usages sont maintenant bien ancrés. Nous n’avons plus besoin de convaincre la jeune génération qui l’a totalement adoptée. Le schéma devrait donc se reproduire dans un laps de temps beaucoup plus court pour l’Audio On Demand. Le marché de l’audio péchait par l’absence de plateformes de diffusion. C’est justement ce manque que vient combler tootak, une nouvelle application disponible gratuitement et qui propose tous les contenus audio (replay radio, podcasts, livres audio, conférences…), à partir d’une seule interface.

media+

Alors que la SVOD prend son essor, le marché de l’audio semble avoir pris du retard…

Pierre DENIS

Disons qu’il y a eu un manque d’investissements et de vision sur le marché de l’audio à la demande. Pour preuve, il n’y a pas de Google de l’audio. Néanmoins, le secteur devrait rattraper son retard. Les assistants vocaux se démocratisent de plus en plus grâce à la technologie. Même si cela reste marginal en France, quasiment 25% des foyers américains sont équipés d’un assistant vocal.

media+

Les formats audio sont-ils aujourd’hui suffisamment diversifiés ?

Pierre DENIS

Ils le sont ! En revanche, ces formats sont enfouis un peu partout. Le maillon faible de l’univers de l’audio à la demande n’est ni la création ni la diversité de l’offre mais bien la difficulté d’y accéder. L’émergence de nouvelles grandes plateformes de distribution est donc inévitable comme l’a montré le marché de la musique et de la vidéo et cela se fera en compétition serrée entre éditeurs historiques et nouveaux entrants : à qui offrira le plus de choix, d’agilité et de valeur ajoutée pour les auditeurs. Avec aujourd’hui plus de 600.000 chaînes de podcasts dans le monde – incluant toutes les radios hertziennes, les webradios et les chaînes de podcasts natifs -, c’est un univers en pleine ébullition créative.

media+

Les grosses structures comme Spotify se mettent aujourd’hui aux podcasts…

Pierre DENIS

Oui, cela se démocratise. C’est le signe d’une grande valeur dans ce marché. 

media+

Les GAFA pourraient-ils conquérir le marché de l’Audio On Demand en Europe ?

Pierre DENIS

Tout est possible ! Mais je crois que nous avons une carte à jouer. Il n’y a pas de plateforme émergente qui domine le marché sur Android. Il faut aussi que nous collaborions avec les éditeurs. On leur apporte un auditoire qu’ils n’ont pas. Il faut que les grandes maisons de radio nous traitent aussi bien que les GAFA.