P-E. FERRAND (CANAL+) : «Avec le Festival de Cannes, nous touchons 35 M de personnes sur le digital»

262

Partenaire officiel du Festival du Film de Cannes du 14 au 25 mai 2019, le Groupe CANAL+ met les petits plats dans les grands, y compris d’un point de vue digital. Lancement de formats dédiés, best-of, programmes exclusifs, les contenus digitaux se déploient sur myCANAL mais aussi sur les plateformes sociales. Rencontre avec Pierre-Emmanuel FERRAND, Directeur du Digital du Groupe CANAL+.

MEDIA +

Le Festival de Cannes est-il attractif sur le digital ?

PIERRE-EMMANUEL FERRAND

L’année dernière, nous avons touché 35 millions de personnes grâce à nos différentes activations sur le digital autour du Festival de Cannes, et plus de 22 millions de vidéos vues. Nous avons un engagement qui monte d’année en année. Développer de nouveaux formats intéresse aussi particulièrement les internautes. Le Festival de Cannes est un événement adapté aux réseaux sociaux puisqu’il mêle cinéma et glamour. Instagram par exemple est la plateforme idéale pour mettre en avant du chic, du moderne sur des formats courts et verticaux.  Notre objectif est de montrer le côté paillette et l’expertise du cinéma de CANAL+, ainsi que toute l’offre que nous proposons en parallèle à nos abonnés pour éventuellement en séduire de nouveaux.

MEDIA +

Comment adaptez-vous le contenu de l’antenne sur le digital ?

PIERRE-EMMANUEL FERRAND

Nous réutilisons le contenu proposé par les antennes. Ensuite, nous reboutiquons la matière pour l’intégrer dans des formats plus consommables pour le digital. Parallèlement, nous travaillons à ce que les contenus soient bien mis en avant dans myCANAL à travers une éditorialisation complète entre le Festival de Cannes de cette année et des éditions précédentes. Enfin, nous créerons des formats spécifiques.

MEDIA +

De quels formats parlez-vous ?

PIERRE-EMMANUEL FERRAND

Nous mettons à disposition l’intégralité des «Petits Cercles», un condensé de l’émission cinéma «Le Cercle» qui propose un regard très expert sur un film en 3-4’.  Les autres contenus sont des best-of de la journée, des interviews exclusives par Laurent Weil autour du tapis rouge. Nous avons «Le Pitch», un format qui résume le film du jour en version digitale avec beaucoup d’illustrations. Il y a aussi certains contenus digitaux qui sont diffusés à l’antenne. C’est le cas de «La Boîte à Questions» que nous avons relancée via le digital et qui est maintenant sur CANAL+. 

MEDIA +

Quel est le rôle du digital aujourd’hui?

PIERRE-EMMANUEL FERRAND

Le digital a un double rôle sur le Festival de Cannes. Le premier : faire ressentir notre passion du cinéma sur de nouveaux publics grâce à la plateforme myCANAL et aux réseaux sociaux. Notre deuxième rôle consiste à montrer notre expertise et la richesse de l’offre.

MEDIA +

Par qui les contenus digitaux sont-ils consommés ?

PIERRE-EMMANUEL FERRAND

C’est un public plus jeune et plus averti. Sur le film «Solo: A Star Wars Story» l’année dernière, nous avions eu une résonnance importante. De plus, il y a des internautes qui suivent le Festival de Cannes uniquement à travers les best-of sur Instagram. On cherche à renouveler le public autour de CANAL+ grâce à de nouveaux codes, en se disant que certains d’entre eux ne sont pas devant la télévision aujourd’hui.

MEDIA +

Comment assurez-vous l’équilibrage entre la partie gratuite et la partie payante ?

PIERE-EMMANUEL FERRAND

Je dis souvent que nous sommes «l’autre clair». Nous devons maximiser l’exposition qui a vocation de création de lien avec l’utilisateur. Nous créons le lien avec le cinéphile, nous lui donnons l’actualité de Cannes et de l’expertise CANAL. Sur la partie gratuite, nous utilisons les plateformes sociales pour attirer l’internaute et le faire consommer sur myCANAL. Pour nos abonnés, l’intégralité des contenus proposés par CINE+ et CANAL+ est disponible. Dès la cérémonie d’ouverture, l’ensemble des abonnés peuvent regarder les Prime Time de CANAL+ et CANAL+ Cinéma, sans attendre leur diffusion sur les antennes. L’objectif est d’offrir à nos abonnés une expérience immersive. L’autre axe est d’amener nos abonnés à se dire que huit mois après la sortie des films en salles, nous les proposons.