P. HERGAUT (Nickelodeon) : «La concurrence des chaînes nationales sur les programmes familiaux est effrénée pendant Noël»

620

A l’approche des vacances scolaires, les chaînes jeunesse sont dans les starting-blocks mais doivent faire face à la concurrence de la programmation des chaînes historiques. Entretien avec Pierre HERGAUT, Directeur des antennes chaînes jeunesse chez Viacom.

Comment se positionnent les chaînes Nickelodeon en France ?

Nous éditons trois principales chaînes. A la fois, Nickelodeon Junior pour les 3-7 ans, Nickelodeon à destination des 7-10 ans et Nickelodeon Teen qui s’adresse aux 8-14 ans. Nous sommes le seul portfolio de chaînes jeunesse dans la télévision payante qui a véritablement trois chaînes distinctes et complémentaires les unes des autres. Elles couvrent l’ensemble des cibles avec des programmes adaptés. Le programme n°1 de Nickelodeon Junior est «La Pat’ Patrouille». C’est un succès à l’antenne mais aussi en matière de produits dérivés. La série rencontre aussi son public sur TF1. Cette dernière amène sa puissance de chaîne nationale tandis que nous donnons l’occasion aux enfants de revoir davantage la série à travers de nouveaux épisodes. La saison 5 inédite débarque dès le 6 janvier à 18h40.  Sur Nickelodeon, «Bienvenue chez les Loud» est notre show n°1.  C’est la quintessence de notre identité, c’est-à-dire une série d’animation ancrée dans la réalité, avec des personnages attachants, un traitement humoristique et un design très BD. Cette série est aussi le plus gros succès de Gulli.

Nickelodeon s’appuie sur son studio aux États-Unis. Tous les programmes US sont-ils nécessairement programmés en France ?

Nous avons une stratégie locale. Nos choix de programmation sont appliqués en fonction de la consommation des enfants en France. Depuis des années, Nickelodeon produit des programmes universels comme «Dora L’Exploratrice» ou «Bob L’Éponge». Mais il y a aussi des différences structurelles entre pays. Outre-Atlantique, Nickelodeon est une chaîne nationale qui a 35 ans, et qui touche 100 millions de foyers. Il y a des parents qui ont d’ailleurs grandi avec. En France, nous avons 10 ans d’histoire en télévision payante. Aux États-Unis, Nickelodeon est le vaisseau amiral et propose tous les programmes fabriqués par le studio. En France, nous préférons décliner trois chaînes en fonction de l’âge des plus jeunes.  

Comment s’événementialisent les grilles pendant les fêtes de fin d’année ?

Noël est une période importante durant laquelle la concurrence des chaînes nationales est effrénée. Elles diffusent toutes de gros films Disney, Pixar et autres. Quant à nous, les chaînes  Nickelodeon s’événementialisent à travers un habillage aux couleurs des fêtes depuis début décembre. Sur chaque antenne, une programmation spéciale. Nickelodeon Junior investit les samedis matin avec des spéciaux Noël de nos séries. Nickelodeon consacre quotidiennement une case dès 18h55. Enfin, sur Nickelodeon Teen, des téléfilms de nos héros (anciens et récents) sont proposés du lundi au vendredi à 19h50. A cela, on y ajoute de la fraicheur avec des nouveautés comme «Cousins pour la vie», une série de fiction où deux familles que tout oppose sont amenées à vivre ensemble. On lance aussi «Atchoo», un dessin animé dont le personnage principal se transforme en animal quand il éternue.

Pour travailler la marque Nickelodeon en France, faut-il investir le terrain ? Le contenu est roi. Il faut d’abord des programmes qui intéressent les enfants. Ensuite, les parents privilégient les chaînes parce qu’elles sont dans un environnement rassurant et sécurisé. Enfin, sous l’ombrelle du Nickelodeon Tour, nous investissons les stations de sports d’hiver, les centres commerciaux Klépierre, mais aussi les stations balnéaires avec des animations, des spectacles aux couleurs de nos chaînes. En parallèle, nous avons lancé récemment une nouvelle application mobile pour écouter des livres audio, à partir des aventures de nos héros.