P. MARTINETTI (France 3) : «L’info de proximité reste la colonne vertébrale de France 3 en région»

141

La proximité est l’ADN du réseau régional de France 3. Objectif : tisser un lien singulier avec les citoyens. Le genre documentaire accompagne cette démarche à travers le lancement d’une case commune aux différentes antennes : «La France en vrai» qui vise à poser un nouveau regard sur les documentaires en région. Explications avec Philippe MARTINETTI, Directeur du réseau régional de France 3.

MEDIA +

Quelle place souhaitez-vous accorder au documentaire au sein du réseau régional de France 3 ?

PHILIPPE MARTINETTI

Chaque année, 250 documentaires sont produits par les 13 antennes régionales. Notre souhait est de questionner la société et de susciter le débat. C’est pourquoi les documentaires sont à la fois plus sociaux et plus sociétaux. C’est un axe très important du développement régional de France 3. Le documentaire fait partie de l’ADN des contenus régionaux et notre volonté est d’aller plus fortement sur des sujets en prise avec le réel. A l’heure où certains parlent de fracturation de la société, il est important que l’on se questionne sur ces thématiques tout en ayant le regard des régions. C’est le fil d’Ariane de tous nos contenus régionaux.

MEDIA +

D’où la création de la case documentaire commune «La France en vrai» ?

PHILIPPE MARTINETTI

Exact ! A travers cette case, c’est la pluralité des récits qui s’exprime. Les 13 antennes régionales s’engagent sur des films qui interpellent la société, des sujets environnementaux, d’éducation et de citoyenneté. Ces films sont portés par des signatures d’auteurs, des réalisateurs, des producteurs, qui vivent partout en France et qui témoignent de cette diversité. Il y a évidemment des auteurs confirmés, mais également – et c’est un axe important de notre proposition – des premiers films, avec de nouveaux regards, de nouvelles voix. L’objectif du réseau régional est de proposer 3 ou 4 collections événements par an pour observer la société depuis sa région. La prochaine collection sera lancée le 25 octobre avec «Jeunesse (in)visible», autoportrait d’une jeunesse qui ne compte plus le rester très longtemps.

MEDIA +

En télévision, les régions sont parfois en manque de visibilité. Tentez-vous de résoudre cette problématique ?

PHILIPPE MARTINETTI

Depuis septembre, nous avons une plus grande visibilité sur les antennes linéaires de France 3. Pour la première fois, nous avons une programmation régionale qui s’étend de 7 heures du matin à 11 heures. Tous les territoires sont mis en valeur. Le réseau régional doit porter la voix des territoires. Nous avons de l’hyper-proximité avec les matinales «France Bleu-France 3 Matin», le premier rendez-vous d’actualité locale, proposé avec nos confrères de France Bleu. Dans la continuité, à 9 heures, le nouveau magazine quotidien des antennes, «Vous êtes formidables» qui met en lumière les belles histoires, celles et ceux qui œuvrent à améliorer la vie quotidienne dans leur région et aussi la richesse de notre patrimoine, notamment par le prisme du développement durable. Et dorénavant, sur chaque antenne, le nom de la région s’affiche tout au long de la journée sur les écrans. Une évolution importante qui s‘inscrit pleinement dans le développement de l’offre des contenus régionaux.

 MEDIA +

Quels sont les contenus régionaux les plus consommés ?

PHILIPPE MARTINETTI

L’information de proximité est toujours la colonne vertébrale de France 3 en région. Nous sommes puissants chaque jour aux alentours de midi et de 18h30. Les enquêtes le prouvent, il y a aussi une forte confiance des publics sur l’info de proximité de France 3. L’ambition est de porter la voix des territoires sur les antennes numériques et linéaires. France 3 a un lien particulier avec les publics. Le week-end, nous misons sur des formats plus diversifiés, des magazines de découverte notamment.

MEDIA +

Que souhaitez-vous faire monter en puissance sur le réseau régional ?

PHILIPPE MARTINETTI

Depuis quelques mois, nous faisons un travail important en termes de programmation autour de notre offre «sport». Sur les antennes régionales de France 3, nous offrons des compétitions régionales : cyclisme, basket, handball, pelote à main nue ou beach rugby, sports féminins autant que masculins… C’est une démarche initiée il y a quelques mois et qui s’accentue depuis septembre 2021. Le sport est un vecteur de lien social qui est extrêmement fédérateur. C’est une valeur du service public.

 MEDIA +

Dans quelle mesure les programmes régionaux circulent-ils d’une antenne à l’autre ?

PHILIPPE MARTINETTI

Le principe de circulation des programmes est fort sur les antennes régionales. A partir du moment où les thématiques d’un documentaire peuvent intéresser plusieurs régions, il ne faut pas s’interdire de le diffuser. Il y a à la fois une proximité de territoire et une proximité thématique.

MEDIA +

Comment évolue la consommation numérique des contenus régionaux de France 3 ?

PHILIPPE MARTINETTI

Nous sommes puissants sur le numérique. C’est le cas des éditions d’information qui sont à la fois visibles et très consommées. Nous avons une force de frappe importante sur le documentaire en linéaire, et on commence à faire davantage de preview sur le numérique. En Occitanie, nous avons porté une série documentaire «AZF» (2X52’) qui a eu deux diffusions : la première en amont sur le numérique pendant une semaine, puis la seconde en Prime Time sur l’antenne régionale de France 3 Occitanie. On capte ainsi deux publics différents et complémentaires.

MEDIA +

La greffe entre France 3 et France Bleu sur les matinales a-t-elle pris ?

PHILIPPE MARTINETTI

Nous sommes deux maisons du service public de la proximité. Le déploiement des matinales communes est une réussite parce qu’il y a une culture partagée en termes d’information locale. Ensemble, nous sommes le 1er média de proximité du paysage audiovisuel. A ce jour, une vingtaine de matinales ont été déployées. D’ici 2023, le déploiement sera totalement terminé. Outre les matinales, et comme nous le proposons à nos publics à chaque séquence électorale – ce fut le cas lors des régionales notamment – un partenariat éditorial commun entre France 3 et France Bleu est envisagé.