Plus d’achats en ligne pendant et après le confinement

11

D’après l’Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie, 41 millions d’internautes ont effectué des achats en ligne au cours du 2T 2020. C’est près d’1 million de cyberacheteurs supplémentaires par rapport au 2T 2019. «La période de confinement a sensiblement impacté notre façon de consommer sur internet. 71% des cyberacheteurs sollicitent et utilisent des sites de e-commerce qui disposent de magasins physiques. 68% sont même favorables à une offre en ligne émanant des commerces de proximité avec une nette préférence pour un site Internet qui regrouperait plusieurs commerces de proximité établis en centre-ville. En outre, à la suite de la période de confinement, ils reviennent progressivement à la livraison en point relais ou au retrait en magasin», déclare Jamila Yahia-Messaoud, Directrice du Département Consumer Insights de Médiamétrie. «Il ne fait plus de doute quant au fait que la crise va durablement impacter les habitudes de consommation. Près de la moitié des répondants continue de commander davantage sur internet y compris depuis la fin du confinement. Les consommateurs n’en restent pas moins très attachés à leurs magasins. Et depuis le début de la crise plus d’un cyberacheteur sur deux déclare essayer de privilégier l’achat en ligne auprès de magasins physiques. Pouvoir commander en ligne lorsqu’on ne peut pas se rendre en magasin devient une attente partagée par de plus en plus de Français, et qui devrait perdurer dans le temps bien au-delà de la crise», selon Marc Lolivier, Délégué Général de la Fevad. Pendant la période de confinement, 68,2% des cyberacheteurs déclarent avoir commandé autant ou plus qu’avant sur internet. 24% affirment avoir commandé plus sur Internet pendant le confinement qu’en période normale. Depuis le 11 mai et la réouverture progressive des magasins, 48,6% de ces acheteurs ayant consommé davantage en ligne pendant le confinement, continuent sur leur lancée. C’est même le cas pour 64,9% de ces acheteurs âgés de 15 à 34 ans. Cette pratique concerne plus encore les populations inactives ou plus âgées: 65,7% des inactifs et 67,3% des 50 ans et + ayant plus consommé en ligne pendant le confinement disent continuer ainsi pour éviter les contraintes dans les magasins (port du masque, nombre de clients restreint, etc.). Enfin, pour 52,8% de ces cyberacheteurs qui continuent de commander davantage sur la toile, l’alimentation et les produits de grande consommation arrivent en tête dans les paniers. Pour les acheteurs en ligne, les sites de e-commerce ayant également des magasins physiques présentent de nombreux avantages par rapport aux autres sites. C’est clairement la complémentarité des 2 canaux, digital et physique, qui séduit les cyberacheteurs. Près de 50% (46,4%) de ces derniers mettent notamment en avant la possibilité de se rendre en magasin pour voir un produit avant un achat en ligne, faire appel au SAV ou aux conseils d’un vendeur (41,3%) ou même finaliser un achat en magasin après l’avoir préparé en ligne (48,4%). Résultat : 56,4% des cyberacheteurs achètent sur des sites d’enseignes spécialisées ayant également des magasins physiques. Cette proportion est de 66,9% chez les cyberacheteurs franciliens. De la même manière, 31,5% des cyberacheteurs ont recours à l’achat en ligne sur les sites de grandes surfaces alimentaires, une proportion qui atteint 37% chez les cyberacheteurs de 35-49 ans. 68,3% des personnes interrogées pensent que les commerces de proximité en centre-ville devraient offrir la possibilité de commander sur internet. Une tendance déjà observée lors du confinement (70%) et qui se maintient encore aujourd’hui, ce qui souligne l’attente des cyberacheteurs à ce sujet. L’alimentation et les produits de grande consommation arrivent en tête des motivations car 53,2% des acheteurs affirment qu’ils seraient susceptibles de les acheter en ligne auprès des commerces de proximité de centre-ville.