Publicité ciblée: le gendarme allemand de la concurrence ouvre une enquête sur le géant informatique américain Apple

310

Le gendarme allemand de la concurrence a annoncé mardi avoir ouvert une enquête sur le géant informatique américain Apple et son récent dispositif exigeant le consentement de l’utilisateur pour le suivi de leurs données par des applications tierces.

Le fabricant des iPhone a introduit il y a un an une mise à jour de ses appareils demandant aux utilisateurs la permission de les suivre dans leur navigation entre divers sites et applications pour récolter et utiliser leurs données. Cette fonctionnalité, dite ATT (App Tracking Transparency), est présentée par Apple comme une protection supplémentaire des données privées des consommateurs. Tout en disant «accueillir favorablement les modèles commerciaux respectueux des données privées», le régulateur allemand reproche à Apple de ne pas s’appliquer ses propres règles, introduisant ainsi une distorsion de concurrence. «Ces règles ne concernent apparemment pas Apple en ce qui concerne l’utilisation et la combinaison des données des utilisateurs dans son propre écosystème», observe l’Office fédéral anti-cartel. Il entend donc examiner «le soupçon initial selon lequel ces règles pourraient privilégier les propres offres d’Apple ou entraver d’autres entreprises», selon son communiqué. «Un groupe comme Apple, qui peut fixer unilatéralement les règles dans son écosystème et en particulier dans l’App Store, devrait les rendre conformes à la concurrence. On peut raisonnablement en douter si Apple fixe des règles pour des tiers, mais que ces règles ne doivent pas s’appliquer à Apple», poursuit Andreas Mundt, directeur du régulateur, cité dans le communiqué.

Concrètement, le dispositif ATT donne lieu à l’ouverture d’une fenêtre de consentement à l’ouverture de chaque application. Si un utilisateur clique sur «non», l’application perd l’accès à l’identifiant publicitaire de cette personne, un numéro unique qui permet de le pister en ligne. Cette mise à jour avait provoqué la colère de nombreuses plateformes et applications craignant que les consommateurs, mis face au choix, ne décident en majorité de dire non, mettant à mal leur écosystème reposant sur la publicité ciblée. En France, un groupement de professionnels de la publicité, comptant notamment Google ou Facebook, avait demandé à l’Autorité de la concurrence de prendre des mesures contre Apple et sa mise à jour. Le gendarme allemand de la concurrence a lancé son enquête en vertu d’une loi de 2021 étendant ses pouvoirs face aux poids lourds du net. Sur cette base, le régulateur a ces derniers mois ouvert plusieurs procédures plaçant sous surveillance renforcée des géants du numériques tels Meta, maison mère de Facebook ou Alphabet/Google.