Quarante journalistes tués en mission en 2022-2023 honorés à Bayeux

255

La quarantième stèle du jardin mémorial des reporters de guerre de Bayeux a été dévoilée jeudi avec quarante nouveaux noms de journalistes tués en mission en 2022-2023.

«Mourir ne fait pas partie des risques acceptables du métier», a déclaré Anne Bocandé, directrice éditorial de Reporters Sans Frontières (RSF), en présence de proches du journaliste indépendant Dom Phillips et du vidéaste de l’Agence France-Presse Arman Soldin.

Le journaliste britannique Dom Phillips, qui travaillait notamment pour le «Washington Post», le «Guardian» ou encore Bloomberg, et le spécialiste des questions indigènes Bruno Pereira ont été assassinés au cours d’une expédition en Amazonie en juin 2022. Sa soeur Sian a dit «être ici pour honorer le frère que j’ai eu la chance d’avoir, et toutes ces femmes et hommes».

Le coordinateur vidéo de l’Agence France-Presse en Ukraine Arman Soldin a été tué le 9 mai 2023 lors d’une attaque de roquettes Grad russes dans l’Est de l’Ukraine, près de la ville alors assiégée de Bakhmout. Il avait 32 ans.

Le frère d’Arman Soldin, Sven, a pris la parole devant les 250 élèves, spectateurs, journalistes présents, pour raconter «cet appel qui a fait basculer nos vies, qui a rendu la relativité du temps plus évidente que jamais». «Mon frère, mon meilleur ami, mon idole a été tué par ceux qui tracent des divisions artificielles entre les êtres humains, j’ai toujours voulu lui ressembler et son sens de la médiation, sa nuance, sa patience, me manquent», a-t-il dit.

«Le mot «solaire» est parfait pour le décrire, «Frate», nous sommes fiers de toi depuis toujours» a-t-il conclu, à quelques pas de leur mère. «L’année a été particulièrement meurtrière pour les journalistes du continent américain : près de la moitié des noms inscrits sur la stèle cette année (17 sur 40) sont ceux de professionnels de l’information qui proviennent de cette région du monde», a précisé Mme Bocandé.

«Ce sont quarante vies interrompues, ils avaient des rêves à poursuivre, des familles qui les aimaient», a-t-elle poursuivi, «défendre la liberté de la presse et protéger les journalistes, c’est notre combat».

Le jardin mémorial est une «promenade» située dans un jardin de Bayeux et jalonnée de stèles de marbre blanc sur lesquelles sont inscrits près de 3.000 noms de journalistes tués à travers le monde depuis 1944. Chaque année, une nouvelle stèle est ajoutée au parcours.