Réunion entre salariés et direction de SFR sur le projet d’externalisation

    141

    Cinquante-quatre des 58 membres du comité central d’entreprise (CCE) de SFR, réuni mercredi à la Défense (Hauts-de-Seine) pour examiner un projet d’externalisation concernant au total 1 900 personnes, ont quitté le CCE, devant le refus de la direction de retirer son projet, a-t-on appris de source syndicale. La direction de SFR veut transférer, d’ici à août, trois de ses centres d’appels, soit 1 900 salariés, à deux sous-traitants: Teleperformance pour Lyon (582 personnes) et Toulouse (724 personnes), et la Division Arvato Services (filiale du groupe allemand Bertelsmann) pour Poitiers (571 personnes). Mercredi matin, des salariés des trois sites ont rencontré la direction, mais «chacun est resté sur ses positions, tout est bloqué comme avant, la direction est droite dans ses bottes sur la continuation du projet», a indiqué Laurent Penon, secrétaire du CCE et délégué CFDT. «On a dit qu’on était ouvert à des mesures d’accompagnement et peut-être à une souplesse dans le calendrier» d’application du projet, censé entrer en vigueur le 1er août, a déclaré de son côté une porte-parole de SFR. Lors du CCE «nous avons voté une résolution expliquant la position du CCE», majoritairement opposé au projet d’externalisation, «et la quasi-totalité des 58 membres du CCE ont quitté la salle, sauf quatre représentants de FO et de la CFE-CGC, organisations qui sont déjà dans la négociation sur le projet», a précisé M. Penon. La direction de SFR a confirmé cette information.