S. FRANCO (Yubo) : «78% des adolescents ayant un téléphone portable ont un compte sur les réseaux sociaux»

228

Yubo, la plateforme de live social discovery dédiée à la génération Z, a présenté le premier guide des bonnes pratiques pour protéger les mineurs sur les réseaux sociaux. L’occasion pour media+ d’évoquer les enseignements de ce guide avec Sharone FRANCO, Directrice Juridique chez Yubo. 

media+

En quoi était-ce important pour Yubo d’être à l’initiative du premier guide des bonnes pratiques pour protéger les mineurs sur les réseaux sociaux ?

Sharone FRANCO

Le numérique et particulièrement les réseaux sociaux sont au cœur de notre société. Les plus jeunes en font une utilisation quotidienne pour se divertir, s’informer et se sociabiliser… En tant que plateforme sociale, nous partageons la responsabilité de les accompagner au mieux dans leurs usages et de les protéger des dérives auxquelles ils pourraient se trouver confrontés. Le succès de cette initiative concertée, et réalisée avec des acteurs majeurs du secteur, témoigne du caractère impératif du sujet mais surtout de la possibilité de travailler ensemble à construire un internet plus sûr, particulièrement pour les plus jeunes. C’est l’engagement constamment renouvelé de Yubo.

media+

Les enfants sont-ils sur les réseaux sociaux ?

Sharone FRANCO

L’explosion des technologies numériques et l’utilisation exponentielle des réseaux sociaux posent aujourd’hui des enjeux majeurs concernant la sécurité et la protection de la vie privée, notamment pour les enfants. Les personnes mineures sont confrontées à de nombreux risques : confidentialité, contenus sexuels, violents ou inappropriés, harcèlement. Pour rappel, 87% des jeunes de 11-12 ans déclarent utiliser régulièrement au moins un réseau social. Notons aussi que 8 ans et demi est l’âge moyen de la première inscription sur un réseau social, en France, selon des données de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). 78% des adolescents ayant un téléphone portable ont un compte sur les réseaux sociaux et 40% des 16-25 ans y passent en moyenne 3 à 5h par jour. Enfin, un enfant sur cinq a déjà été victime de harcèlement en ligne, selon le ministère de l’Éducation nationale.

media+

Comment avez-vous construit ce guide ?

Sharone FRANCO

Ce guide est le résultat de plus de six mois de travail d’un groupe rassemblant plus d’une vingtaine d’acteurs réunissant industriels, associatifs et institutionnels du secteur des technologies numériques et réseaux sociaux (comme Meta, Dailymotion, Sorare, Yoti, Bodyguard, E-enfance, Point de Contact, la CNIL et l’Arcom), afin d’identifier des normes communes pour renforcer la protection des mineurs en ligne. Ces différents acteurs nous ont rapidement rejoints car cette dynamique était inexistante. À noter que ce guide se découpe en 4 parties: la question de la vérification des comptes (notamment de l’âge et de l’identité des utilisateurs), la détection et la modération des contenus inappropriés, la transparence et sensibilisation, mais aussi le cadre juridique applicable.

media+

Comment la plateforme Yubo répond-t-elle à l’exigence portée par ce guide ?

Sharone FRANCO

Notre politique est très stricte. Sur Yubo, il n’y a pas de nudité, ni de violences et drogues. Sur cette base, nous mettons en place des algorithmes, avec des modérateurs humains, pour répondre au mieux à la sécurité de nos utilisateurs. Concernant l’IA, nous restons très ouverts, tout en gardant en tête l’impact sur nos utilisateurs. Pour exemple, sur Yubo, quand un jeune ouvre un compte, nous avons mis en place un système de vérification d’âge pour vérifier les informations. La sécurité représente notre plus gros investissement.