S. GENDARME (M6) : «Sur les JT, notre but est de garder un coup d’avance»

464

Ce lundi 28 janvier 2019, le JT de M6 prend une nouvelle dimension. Le rendez-vous quotidien de la chaîne innove pour servir sa dimension pédagogique en profitant des nouvelles technologies. Explications avec Stéphane GENDARME, Directeur de l’information de M6.

M6 promet une «nouvelle expérience» dans ses JT, avec des innovations visuelles qui doivent «immerger le téléspectateur dans l’image». Qu’avez-vous imaginé ?

 Nous adaptons nos JT à la société. Sur le fond, c’est une évidence puisque nous suivons l’information. Mais c’est aussi vrai sur la forme. Pour accompagner l’éditorial, nous adaptons les nouvelles technologies au service de l’information. Nous passons dès aujourd’hui de 55 à 117m² d’écrans en associant des décors réels à un décor virtuel complémentaire. Cette opération offre une immersion beaucoup plus complète du présentateur mais aussi du téléspectateur. Des effets spéciaux permettent d’incruster des titres, des images ou des envoyés spéciaux.

Ces innovations vous ont été inspirées des JT étrangers ?

Sans doute un peu ! Mais nous utilisons surtout, et je le répète, les nouvelles technologies au service de l’information. Notre ambition est d’être beaucoup plus clair, simple et didactique. Avec un plateau plus spacieux et des réalités augmentées qui s’intercalent devant le présentateur, l’info sera, j’en suis sûr, mieux retenue par le public.

 En 2009, M6 lançait son JT incarné présenté par les journalistes debout. Depuis, beaucoup s’en sont inspirés…

 Si nous sommes copiés, c’est plutôt bon signe. Nous étions les premiers à intégrer la 3D, la réalité augmentée ainsi que la technique dite de «téléportation». Nous avons également lancé des rubriques comme le «Expliquez-nous», qui au fil du temps, sont apparues sur d’autres chaînes. Notre but est de garder le coup d’avance, comme nous le faisons depuis 2009.

Jusqu’à quel point la technologie ne devient-elle pas un gadget ?

C’est un des écueils sur lequel nous sommes très vigilants. La réalité augmentée telle que nous la voyons est quotidienne. Il s’agit d’une fenêtre sur l’extérieur qui a vrai un sens. L’objectif est d’utiliser les technologies pour que l’information soit mieux captée par le téléspectateur.

Du fait de l’actualité, les chaînes d’info n’ont jamais été autant regardées. Avec vos formats («12.45» et «19.45»), n’êtes-vous pas parfois engoncés ?

 Non, je ne le pense pas. Nos journaux peuvent évoluer en durée quand une actualité très forte s’impose. Nous montons des éditions spéciales si besoin. Et quand nous sommes dans le «hard news», on apporte toujours cet aspect didactique et explicatif. En termes d’audience, entre 19h45 et 20h10, nous sommes 7 fois plus puissants que les chaînes info. Le «19.45» est aujourd’hui l’un des grands journaux du soir. Les trois records du «19.45» sur les 4+ et FRDA-50 ont été battus en 2018. Ce n’est pas anodin.