S. PIERRE-BROSSOLETTE (CSA): « Sur les antennes, les femmes sont toujours sous-représentées (38%) »

118

Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE, Membre du CSA et vice-présidente du groupe de travail «Cohésion Sociale»

Hier matin, le Conseil supérieur de l’audiovisuel dressait les grandes tendances de la représentation des femmes à la télévision et à la radio. Pour en savoir davantage, média+ s’est entretenu avec Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE, Membre du CSA et vice-présidente du groupe de travail «Cohésion Sociale».

media+

Quelle est la photographie de la place des femmes à la télévision et à la radio ?

Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE

La photographie est en net progrès mais encore insuffisante. Pour la deuxième année consécutive, les chaînes de télévision et de radio ont remis au Conseil supérieur de l’audiovisuel, comme l’a demandé le législateur, des indicateurs qualitatifs et quantitatifs sur la représentation des femmes et des hommes dans leurs programmes. Je me réjouis que tous les efforts fournis aient pu porter leurs fruits. Sur les antennes, les femmes sont en moyenne toujours sous-représentées (38%). Le taux d’expertes (30%) et le taux d’invitées dans la catégorie «invité politique» (32%) restent particulièrement bas. Néanmoins, le rapport met également en évidence un taux de présence des femmes relativement satisfaisant sur les chaînes du service public (entre 36 et 56%) ainsi qu’un taux d’expertes en net progrès et un record pour France 3 qui atteint 55%. Il y a une présence encourageante sur les chaînes d’information en continu (40%), malgré de faibles taux d’expertes et d’invitées politiques. La mission du CSA est donc d’inciter les éditeurs à définir des objectifs de progression pour améliorer la présence des femmes sur leurs antennes et notamment des expertes.

media+

Percevez-vous une réelle différence entre la représentation des femmes à la TV et à la radio ?

Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE

De manière générale, le Conseil constate que les radios semblent éprouver plus de difficultés à mettre des femmes à l’antenne. En effet, la présence des femmes, au global, s’élève à 40% pour la télévision alors qu’elle n’est que de 36% pour les radios. Par ailleurs, le Conseil observe une sous-représentation des femmes à la télévision aux heures de forte audience. Elle est très prononcée sur la tranche 18h-20h (25%), et reste plus proche de la moyenne sur la tranche 20h-23h (35%), en comparaison avec leur part au global (40%).

media+

Les clichés à la télévision autour des femmes ont-ils la vie dure ?

Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE

Bien sûr, il existe des stéréotypes dans les fictions et quelques fois dans les émissions de plateau. D’ailleurs en 2016, le CSA est intervenu huit fois auprès des chaînes : 2 lettres simples, 4 mises en garde, 2 mises en demeure et une transmission par le directeur général au rapporteur indépendant d’un dossier susceptible de justifier l’engagement d’une éventuelle sanction. Fort heureusement, il y a aussi des points positifs. Les chaînes proposent des programmes contribuant à la lutte contre les préjugés sexistes et les violences faites aux femmes. Elles déclarent aussi 9% de programmes dénués de stéréotype (programmes «jeunesse», fiction, téléréalité). Ces contenus représentent en moyenne 3% des programmes diffusés.

media+

Le CSA est-il souvent saisi autour de la représentation des femmes ?

Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE

De plus en plus ! Au début, personne ne savait que la loi existait et que l’on pouvait nous saisir. Depuis deux ans, nous recevons des milliers de signalements. Nous les examinons toutes. Les femmes et les associations en sont souvent à l’initiative.

media+

Quel est votre prochain cheval de bataille ? La publicité TV ?

Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE

C’est exact !  La loi du 27 janvier 2017 a confié au CSA une nouvelle compétence. Le Conseil est chargé de veiller à l’image des femmes dans la publicité à la télévision. Nous nous organisons pour remplir cette nouvelle mission. De plus, nous allons ouvrir un dialogue pour améliorer la représentation des femmes dans les vidéomusiques.