S. SALLÉ DE CHOU (RMC Story/ RMC Découverte) : Le 1er vecteur de notre stratégie est de nous adosser le plus possible à de gros formats

93

Gros pari pour RMC Story qui relance la marque «Faites entrer l’accusé» avec une salve d’inédits chaque dimanche soir. La chaîne des «histoires vraies» du groupe Altice a pour objectif de s’adosser à de grosses marques télévisuelles à l’avenir, en vue de capter les 25-49 ans, son cœur de cible. Quelles ambitions pour la chaîne ? Quels projets à venir ? Tour d’horizon de la stratégie avec Stéphane SALLÉ DE CHOU, Directeur des programmes de flux et documentaires de RMC Découverte & RMC Story. 

MEDIA +

RMC Story a récupéré la marque «Faites entrer l’accusé». Comment s’est opérée cette reprise ?

STÉPHANE SALLÉ DE CHOU

France Télévisions diffusait cette marque depuis 20 ans. Mais le groupe public avait arrêté la production depuis 2 ans. Le producteur 17 Juin Media nous a prévenus que les droits allaient être de nouveau disponibles. Nous avons donc saisi cette opportunité pour récupérer cette marque iconique pour RMC Story. Le magazine vient compléter notre offre de formats de faits-divers qui fonctionnent déjà très bien comme «Crime conjugal», «Non élucidé», «Indices», «Adolescents et criminels». Dans un premier temps, nous avons acquis plusieurs centaines d’anciens numéros de «Faites entrer l’accusé» qui sont d’ailleurs rediffusés tous les dimanches depuis janvier dernier sur notre chaîne.

MEDIA +

Vous était-il évident de commander des inédits ?

STÉPHANE SALLÉ DE CHOU

Bien entendu, et c’est arrivé dans un deuxième temps. On voulait y ajouter l’identité de RMC Story sans modifier ni abimer l’ADN du format. Nous avons ainsi changé l’incarnation avec l’expert Dominique Rizet – qui travaille sur BFMTV et qui collaborait sur «Faites entrer l’accusé» à l’époque de Christophe Hondelatte  – que nous voulions accompagner d’un présentateur. A cet effet, nous avons fait passer des castings en interne et en externe auprès d’une dizaine de personnes qui voulaient se prêter au jeu l’exercice. Rachid M’Barki a tiré son épingle du jeu. Pour les inédits, nous avons demandé à l’équipe de production – qui est la même qu’à l’origine – d’apporter beaucoup plus de décryptages et d’inserts plateau pour mieux comprendre le déroulement de l’enquête. Enfin, sur la partie artistique, nous voulions un décor authentique, chaleureux qui se rapproche de l’univers de Mary Higgins Clark et de son roman «Dix petits nègres».

MEDIA +

Quel volume d’inédits avez-vous commandé pour «Faites entrer l’accusé» ?

STÉPHANE SALLÉ DE CHOU

Nous avons démarré avec une salve de 6 numéros qui seront diffusés les uns après les autres chaque dimanche (depuis le 18 octobre), et nous reprendrons ensuite le flot des rediffusions. Il y aura davantage d’inédits l’année prochaine et ils arriveront au second semestre 2021. Sur le choix des enquêtes, nous privilégions des histoires moins connues ou jamais faites.

MEDIA +

Vous voulez donc singulariser RMC Story ?

STÉPHANE SALLÉ DE CHOU

C’est vraiment notre ambition !  Je vais vous donner un exemple. Nous avons fait un carton d’audience sur «Michael Schumacher : en quête de vérité», un documentaire sur la contre-enquête de son accident. C’est la première fois que l’on racontait en Prime Time cette histoire. RMC Story se calque sur le modèle de RMC Découverte qui est aujourd’hui la 3ème chaîne TNT commerciale en 25-49 ans. On offre des programmes qui ne sont pas proposés par les chaînes les mieux «rankées» de la TNT. 

MEDIA +

Allez-vous continuer à récupérer des marques TV puissantes ?

STÉPHANE SALLÉ DE CHOU

Le premier vecteur de notre stratégie est de nous adosser le plus possible à de gros formats qui sont d’ailleurs souvent plus connus que la chaîne. Notre objectif est de faire de l’audience sur la cible 25-49 ans. Nous sommes constamment en veille. Dès qu’il y a un format disponible et cohérent, on se pose la question. Le deuxième vecteur correspond à la clarté du positionnement éditorial de nos antennes. Nous avons positionné RMC Découverte comme la chaîne de la découverte, de la connaissance avec de grands segments «patrimoine», «civilisation», «moteur», «construction» et «ingénierie française». Depuis septembre, la ligne éditoriale de RMC Story repose sur les enquêtes vraies et authentiques avec de grandes verticales : «catastrophe» le lundi, «faces cachées de personnalités» le mardi, «coulisses» le mercredi, «faits divers» le jeudi, «reportages douanes-police» le vendredi, «prison de haute sécurité» et «paranormal» le samedi, et enfin «Faites entrer l’accusé» le dimanche. Sur un an, la chaîne a progressé de +0,4% en 4+ et +0,4% en 25-49.

MEDIA +

Allez-vous relancer «Strip Tease» dont vous aviez proposé un inédit en 2019 ?

STÉPHANE SALLÉ DE CHOU

C’est une marque qui a bien fonctionné sur la cible commerciale, mais qui a été davantage consommée vers 22h30. Commander de nouveaux inédits n’est pas à l’étude. La Covid nous a contraints à faire des arbitrages financiers sur les grilles de nos chaînes.

MEDIA +

Est-il vrai qu’une grande partie de vos projets ont-été gelés à cause de la situation actuelle ?

STÉPHANE SALLÉ DE CHOU

On a dû prendre des décisions responsables, pénibles et courageuses pour continuer en 2021 à produire. Les producteurs concernés sont des partenaires de longue date, et ils ont été hyper compréhensifs. Nous avons pris deux décisions pour accompagner la chute de -80% du chiffre d’affaires publicitaire pendant 4 mois de confinement. D’une part, nous avons arrêté des productions et nous nous sommes engagés à travailler avec les producteurs impactés. D’autre part, nous avons décalé des productions à 2021 en espérant que la publicité sera de nouveau stable en volume. Aujourd’hui, nous sommes en production de «Top Gear», «Vintage Mecanic», «Wheeler Dealer» et d’autres choses.