Soudan: les parties en guerre doivent rétablir les services de télécommunication, appellent des organisations humanitaires et de défense des droits humains

137

Les forces armées et les paramilitaires au Soudan, en guerre, doivent «mettre fin aux punitions collectives» et rétablir les télécommunications, vitales, ont appelé mercredi des organisations humanitaires et de défense des droits humains.

L’armée soudanaise et les Forces de soutien rapide (FSR, paramilitaires) se livrent une guerre meurtrière depuis plus d’un an, qui a fait des dizaines de milliers de morts, déplacé près de neuf millions de personnes et détruit les infrastructures déjà fragiles du pays.

«Les attaques aveugles et la perturbation des télécommunications par les belligérants ont eu un grave impact sur la capacité des civils à faire face aux effets de la guerre, ainsi que celle des travailleurs humanitaires à fournir des services essentiels», déclarent dans une déclaration signée mercredi 94 organisations, dont Access Now, Norwegian Refugee Council et International Rescue Committee.

«Les deux camps ont régulièrement ciblé les infrastructures de télécommunication ou imposé des restrictions bureaucratiques», privant des millions de Soudanais d’accès aux réseaux de soutien nécessaires pour survivre à ce que l’ONU a qualifié de «l’une des pires crises humanitaires de mémoire récente». La majorité des 48 millions d’habitants du pays ont besoin d’aide humanitaire, principalement organisée par des groupes de bénévoles qui dépendent de liaisons satellitaires coûteuses et rares, notamment via des antennes de contrebande Starlink. Cette connexion internet est le seul moyen pour la population de recevoir des virements de leurs proches à l’étranger, la plupart des Soudanais étant privés de salaires depuis le début de la guerre.

De vastes zones de la région occidentale du Darfour, qui a connu certaines des violences les plus graves de la guerre et abrite environ un quart de la population soudanaise, sont privées de réseau depuis plus d’un an.

En février, une coupure des télécommunications à l’échelle nationale a «laissé près de 30 millions de Soudanais» sans liaison pendant «plus d’un mois», ont indiqué les organisations. Elles ont appelé les deux parties à «assurer la fourniture ininterrompue des services de télécommunication au Soudan» et à «faciliter la réhabilitation des systèmes endommagés».

Dans de nombreuses régions du Soudan, autorités locales et ingénieurs n’ont pas pu réparer les infrastructures endommagées en raison du manque de ressources ou des combats continus.