Télécoms mobiles : le Japon lance un satellite de tests

    233

    Le Japon a lancé lundi avec sa fusée H2A un satellite expérimental à antennes géantes, destiné à valider des technologies de télécommunications multimédia sans relais terrestre, directement avec des terminaux mobiles de la taille de téléphones portables. Le tir, initialement programmé samedi mais reporté à cause du mauvais temps, a eu lieu à 15h32 locales (06h32 GMT) depuis la base de Tanegashima (sud). «Toutes les étapes se sont déroulées comme prévu», a indiqué l’Agence spatiale japonaise (Jaxa). La fusée H2A-11 a largué le satellite ETS-VIII, baptisé «Kiku 8», d’une masse de 5,8 tonnes au lancement, environ 27 minutes après le décollage. Le satellite sera utilisé pour des expériences de télécommunications mobiles sans relais terrestre, «une fonction qui devrait s’avérer très utile dans nos vies quotidiennes, par exemple dans des zones montagneuses et en mer où les relais terrestres ne sont pas disponibles», ou encore en cas de catastrophe naturelle, a expliqué la Jaxa dans un communiqué. Ce satellite, qui mesure 40 mètres de long sur 40 mètres de large tout déployé, évoluera en position géostationnaire (36 000 kilomètres de la Terre) à 146 degrés Est. Une fois stabilisé en orbite, ses panneaux solaires et ses antennes se déploieront. L’ouverture dans l’espace de ces «paraboles» d’émission et de réception, de la taille d’un court de tennis et constituées chacune de quatorze modules hexagonaux interconnectés, constitue, selon la Jaxa, l’une des phases les plus délicates de la mission. Elle aura lieu le 25 décembre, et le satellite devrait entrer en exploitation le lendemain. Un essai réussi avait eu lieu à la mi-octobre avec une maquette d’antennes, nommée LDREX-2 et lancée par la fusée européenne Ariane 5-ECA.