Télévision Ultra HD en France : encore beaucoup d’obstacles

135

 

La télévision ultra haute définition (UHD), grand espoir des fabricants de téléviseurs pour redresser leurs ventes, suscite un nombre croissant d’expérimentations mais cette technologie fait encore face à beaucoup d’obstacles pour voir sa diffusion s’imposer en France. Les téléviseurs ultra HD (appelés aussi 4K en référence à la résolution de leurs écrans proche des 4.000 pixels) déjà disponibles promettent une expérience «immersive» dans l’image, un rendu des couleurs amélioré et une vision des détails qui permettra, par exemple, de voir jusqu’à la sueur perlant sur le front des joueurs de tennis. 

Si l’obstacle du prix des TV 4K pourrait bientôt être surmonté – en moins d’un an, le prix de ces téléviseurs a été divisé par deux – reste le problème des tuyaux pour la diffusion, du poids des images très lourdes à transporter et surtout des contenus. Pour l’instant, faute de programmes adaptés, l’heureux propriétaire de ces téléviseurs d’exception (1 à 2% du marché en France) en est réduit à regarder des films 4K à partir d’un lecteur blu-ray. La plupart des films sont déjà tournés en 4K, un format particulièrement prometteur aussi pour les documentaires et la retransmission de spectacles vivants ou d’événements sportifs. «Prochainement des smartphones haut de gamme permettront de la capture en 4K, des appareils photos reflex également, donc on voit un faisceau convergeant qui fait que l’Ultra HD arrive de partout sur le marché», explique Morand Studer, du cabinet de conseil en transition numérique Eleven. Le patron de Netflix Reed Hastings a annoncé au salon CES de Las Vegas début janvier que la 2ème saison de la série au succès planétaire «House of Cards» sera diffusée en 4K en streaming. Et la Coupe du Monde de football au Brésil devrait permettre les 1ères diffusions d’évènements sportifs en 4K. «Il y aura certains contenus américains, la vraie question est la disponibilité des contenus français. 

On souhaite que le CSA encourage les contenus par le satellite, la fibre et la TNT», a souligné Stephane Cotte, Vice-président de Samsung Electronics France. Les opérateurs de satellites, Eutelsat comme SES, ont déjà commencé à mettre en place des chaînes de démonstration de cette technologie. La diffusion par internet est, elle, subordonnée à la généralisation de la fibre, seule capable de transporter les volumes de données d’une diffusion en Ultra HD. Cependant, pour la diffusion par la TNT, qui est le 1er mode de réception de la télévision pour 61% des foyers en France, l’équation se complique. Alors que les fréquences hertziennes sont une ressource limitée, «il va falloir installer l’UHD dans le spectre, et l’important c’est le rôle du codage», avertit Gilles Brégant, DG de l’Agence des fréquences. Un nouveau standard de compression, le HEVC, réduisant la quantité de données à transporter pour chaque image, commence juste a être testé. Mais la décision de l’Elysée de transférer la bande de fréquences des 700 Mhz, qui représente 30% des fréquences audiovisuelles, vers les opérateurs télécoms, inquiète les professionnels du secteur qui ne veulent pas que cela se fasse trop vite.