Télévisions payantes: croissance du chiffre d’affaires mais résultat négatif

    231

    Les chaînes payantes de télévision française ont connu une croissance significative en 2006, avec un chiffre d’affaires dépassant pour la première fois le milliard d’euros, mais un résultat net négatif, révèle mercredi une étude du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Quelque 6,5 millions de foyers étaient abonnés à une offre de télévision payante sur le câble, le satellite, l’ADSL ou la TNT payante au 31 décembre 2006, ce qui représente 26% des 25,1 millions de foyers équipés d’un téléviseur, précise cette étude portant sur 94 chaînes payantes (mais pas sur Canal+). «Avec un chiffre d’affaires de 1,115 milliard d’euros en 2006, qui représente 14% de celui de l’ensemble du secteur de la télévision, le secteur connaît à nouveau une croissance significative» de 12%, et le chiffre d’affaires 2006 a dépassé pour la première fois le milliard d’euros, souligne le CSA. Cette hausse s’explique par la progression des recettes publicitaires (+14%) et des recettes d’abonnement (+7%). Mais ces dernières sont «très inégalement réparties et une part importante des chaînes n’en ont pas bénéficié», souligne l’étude. Les chaînes payantes du groupe Canal+ France (hors Canal+) et celles des groupes TF1 et M6 totalisent respectivement 43% et 22% du chiffre d’affaires du secteur. Arrivent ensuite les chaînes indépendantes (21%), les groupes AB (7%) et Lagardère (6%). Le résultat net global du secteur reste négatif, de 68 millions d’euros, contre 46,7 M EUR en 2005. Seules les chaînes thématiques de jeunesse, fiction, documentaire et musique affichent un bénéfice net en 2006. Mais le résultat des chaînes de cinéma s’est fortement détérioré, passant d’une perte de 27,8 M EUR en 2005 à 67,8 M EUR en 2006, «qui s’explique notamment par la dégradation des résultats financiers de TPS Star», selon le CSA. L’année 2006 a été marquée par une concentration des distributeurs du câble (Noos et Numéricâble) et des bouquets satellitaires TPS et CanalSat. La fusion des bouquets est effective depuis janvier 2007 mais son annonce en 2006 a engendré un ralentissement de la croissance des abonnements de TPS, rappelle le CSA.