Trois questions à… Frédéric Schlesinger, Directeur de France Inter

    159

    Quatre jours avant sa rentrée officielle, France Inter martèle haut et fort sa différence. Entre continuité et nouveauté, la saison 2008-2009 est placée sous le signe de la maturité par son Directeur, Frédéric Schlesinger.

    média+ : Quel bilan faites-vous de l’année 2007-2008 ?

    Frédéric Schlesinger : L’objectif de l’an dernier était de consolider nos démarches et nos résultats. Après une année politique mouvementée et face à l’incertitude qui régnait, France Inter a tout de même réalisé sur les trois indicateurs référents (que sont le nombre d’auditeurs, la part d’audience et la durée d’écoute) la meilleure saison de ces trois dernières années. En effet, entre septembre 2007 et juin 2008, en moyenne, ce sont 5,84 millions d’auditeurs qui ont écouté France Inter tous les jours. Ces résultats sont d’autant plus remarquables que les audiences de l’ensemble des radios se sont légèrement érodées sur cette même période: notamment sur le premier trimestre 2008 et sur les tranches des matinales.

    média+ : Quelles sont les principales nouveautés de la rentrée ?

    Frédéric Schlesinger : Compte tenu de nos bons résultats, nous persévérons sur la grille lancée il y a deux saisons. La matinale ne change pas dans la forme (7h00-10h00 en semaine, 7h00-9h00 le week-end), elle reste sous la houlette de Nicolas Domorand du lundi au vendredi et de Stéphane Paoli en fin de semaine. Toutefois, de nouvelles voix se feront entendre comme Thomas Legrand (édito politique à 7h45 du lundi au vendredi), qui vient de RTL ou encore Dominique Seux, journaliste en presse écrite aux «Echos», qui viendra présenter son édito économique. Nous avons également une toute nouvelle émission politique «Le RV politique» (tous les dimanches de 17h05 à 17h45) avec Jean-François Achilli, en partenariat avec «Le Monde» et i>TELE. L’émission «Le franc parler» disparaît puisque «Le téléphone sonne» (19h20-20h00) est programmé du lundi au jeudi.

    média+ : Pourquoi reconduire presque à l’identique la grille de la saison précédente ?

    Frédéric Schlesinger : La grille va vivre sa troisième saison, en effet. On dit souvent que la troisième saison en radio, c’est celle de la maturité. C’est ce qu’on espère et qu’on attend. Nous avons fait le choix de laisser du temps à nos émissions pour s’installer et c’est une des clés de notre réussite. Nous disposons de 59 émissions réparties sur la semaine soit incontestablement plus que les radios concurrentes. Il y a des émissions auxquelles les auditeurs sont fidélisés comme «Service public» d’Isabelle Giordano ou «Le fou du roi» de Stéphane Bern qui sont des piliers de la grille et nous n’avons pas intérêt à y toucher. Notre objectif est de maintenir nos positions et notre différence. C’est cela le coeur de notre action.