Trois questions à … Rachid Arhab, président du groupe de travail «radio numérique»

    278

    Jeudi matin, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a lancé son premier appel à candidatures pour l’avènement de la radio numérique terrestre. Il concerne 19 grandes agglomérations françaises, représentant 30% de la population. Les premières émissions étant attendues pour la fin 2008, début 2009…

    média+ : Depuis 14 mois avec Alain Mear, votre suppléant, vous préparez la naissance de la radio numérique terrestre. Pouvez-vous nous la présenter ?

    Rachid Arhab : En effet, depuis janvier 2007, nous avons pris le temps de la réflexion pour préparer la radio numérique terrestre. La radio qui est le dernier média non numérisé. Pour moi, qui suis plus un enfant de la radio que de la télévision, c’est important de lui redonner sa jeunesse, sa liberté de ton et de mouvement. Après l’émergence des radios libres en 1981, voici les radios numériques. Cette nouvelle étape va permettre d’enrichir l’offre et d’assurer une réelle couverture nationale pour les grands réseaux. C’est aussi une amélioration de la qualité d’écoute, un enrichissement des programmes, une plus grande possibilité d’enregistrement et de retour en arrière sur les programmes. Quand on sait que 83% des Français écoutent quotidiennement la radio, l’enjeu est de taille.

    .média+ : La radio numérique est un réel enjeu industriel, allons-nous devoir jeter nos postes de radio analogique dès la naissance de cette nouvelle radio?

    Rachid Arhab : Alors, oui pour l’enjeu industriel mais non pour la disparition immédiate de nos postes actuels. Aujourd’hui, 98% des foyers possèdent au moins un récepteur de radio. L’initialisation du parc des récepteurs sera longue. La cohabitation entre la bande FM analogique et le numérique n’est pas prête de s’arrêter. Ce n’est pas un chantier défini dans le temps comme la TNT.

    média+ : Vous avez adopté le 26 mars dernier le texte de l’appel à candidature pour les radios numériques. Quelles en sont les modalités ?

    Rachid Arhab : Tout d’abord il faut savoir que la première phase de déploiement concerne 19 bassins de population autour de grandes agglomérations. Le Conseil a retenu des canaux en bande III et en bande L, en norme T-DMB [ndlr: nouvelle norme qui sera utilisée et qui remplacera la FM], pour ce tout premier appel. Il est ouvert pour les cinq catégories de radio. Les opérateurs sont invités à indiquer leurs préférences, avant le 16 juin 2008, date de clôture de l’appel. Il faut savoir qu’à terme, ceux qui ont choisi la bande L seront autorisés en bande III. Une moyenne de 9 chaînes par multiplex a été retenue, à titre indicatif. Par conséquent le déploiement de la numérisation permettra d’aller au-delà du paysage existant. L’appel à candidature est lancé sous forme de procédure unique mais les dossiers seront examinés par les différents CTR qui donneront leur avis au Conseil. Un deuxième appel sera lancé avant la fin de l’année 2008.