Trois questions à … Rose Bradford Griffith, directrice de la fiction «série, collections» à M6

    316

    Alors que la chaîne a présenté mercredi 27 juin ses nouveaux programmes fiction française, Rose Brandford Griffith, directrice de la fiction «séries, collections» à M6, nous explique l’attachement de la chaîne pour la fiction française ainsi que sa volonté de promouvoir les nouveaux talents. Ainsi, dès la rentrée, de nouvelles séries et de nouveaux personnages apparaîtront à l’antenne et viendront compléter l’offre fiction au côté de «Off Prime», «Kaamelott» ou encore «Merci les enfants vont bien!»

    média + : M6 proposera dans les mois à venir de nouveaux programmes de fiction française, pourquoi cette stratégie ?

    Rose Brandford Griffith : Ça fait longtemps que l’on est conscient que la fiction nationale est importante. Ça correspond à l’identité de la chaîne. Il était donc logique d’apporter de nouvelles séries. Nous avons des héros phare, présents dans les séries telles que «Kaamelott», «Caméra Café» ou encore «Elodie Bradford». Ces nouveaux programmes constituent un accélérateur. Je pense qu’on attend M6 sur la fiction. De plus, nous essayons d’évènementialiser la fiction comme c’est le cas avec «Les Bleus» ou «La lance de la destiné».

    média + : Quelles sont ces nouvelles séries ?

    Rose Brandford Griffith : «Les Bleus» est une série policière à la M6, qui raconte les premiers pas dans la vie active de cinq jeunes policiers. Au départ, nous avions commandé six épisodes et au visionnage, on a pris la décision d’en commander six autres, parce qu’on est tombé amoureux du concept. C’est le côté «aspirationnel», c’est-à-dire l’aspiration des nouvelles générations, des valeurs positives qui concernent tout le monde, qui nous plaît. Le pilote, que nous avions diffusé en février 2006, avait réuni plus de 5 millions de téléspectateurs très variés. D’autres séries feront apparaître à l’antenne des acteurs connus, c’est le côté «prestige» de la chaîne: «Adriana et moi» avec Adriana Karembeu ou encore «Romero et Juliette» avec Dany Brillant. Nous proposons également pour la saison prochaine trois mini-séries évènementielles: «La légende des 3 clefs», (3 épisodes de 90′), «La lance de la destinée»(6 fois 52′) et «Où es-tu?» (3 fois 52′). La dynamique de la chaîne est de présenter de nouveaux talents, qu’ils soient acteurs, auteurs, réalisateurs. Dans «La lance de la destinée» par exemple, il y a un gros casting (Jacques Perrin, Jacques Weber…) mais également des jeunes acteurs. C’est ce mélange qui est intéressant.

    média + : Votre public est plutôt jeune, ces nouvelles séries sont-elles un moyen de réunir un public plus large ?

    Rose Brandford Griffith : La difficulté sur M6 c’est que nous avons un public de 15-35 ans, très friands des séries américaines, et ce n’est pas un public «naturel» pour les fictions françaises. On essaie alors de proposer une offre diversifiée en matière de fiction, qu’il s’agisse d’action, d’aventure ou encore de sentiments. Nous proposons également nos «sagas de printemps». L’an passé, «Laura» avait très bien marché et cette année, «Suspectes» a aussi réalisé de bons scores. Ce choix de diffuser les séries à cette période émane de la concurrence, qui est plus grande en été. Notre volonté est également de développer l’access. Deux pilotes de 40′ sont en tournage actuellement. Le premier, produit par Marathon, sera une espèce «d’Auberge espagnole» et le second parlera d’une jeune provinciale qui débarque à Paris dans une famille de la jet-set.