Twitter conteste devant la justice les ordres du gouvernement indien visant à bloquer du contenu sur son réseau social

39

Twitter conteste devant la justice les ordres du gouvernement indien visant à bloquer du contenu sur son réseau social, ont rapporté ce mercredi 6 juillet 2022 les médias locaux, s’appuyant sur des documents judiciaires.

Dans l’affaire déposée auprès d’un tribunal de Bangalore, Twitter a argué que la base sur laquelle de multiples comptes et contenus ont été signalés par l’Inde était soit «excessivement large et arbitraire», soit «disproportionnée», a rapporté le quotidien «Indian Express».

Pour le géant des réseaux sociaux, le ministère n’avait pas réussi à prouver que certains des contenus qu’il souhaitait voir retirés violaient les règles, selon des sources citées par le journal.

La semaine dernière, Twitter a avancé que l’Inde lui avait ordonné de censurer des comptes et des dizaines de messages dont certains évoquaient le recul de la liberté d’expression sur Internet.

D’autres étaient des comptes gérés par le gouvernement pakistanais,suscitant la colère d’Islamabad.

Twitter et le gouvernement indien ont refusé de commenter l’affaire judiciaire.

Ces dernières années, le gouvernement nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi a cherché à exercer un contrôle accru sur le contenu des réseaux sociaux en Inde, où Twitter compte plus de 20 millions d’utilisateurs.

L’année dernière, tandis qu’avaient lieu d’énormes manifestations anti-gouvernementales menées par les agriculteurs en Inde, Twitter a reçu l’ordre de supprimer des dizaines de comptes qui soutenaient ces manifestations.

Mais l’entreprise américaine les a rétablis peu après, provoquant la colère du gouvernement.

New Delhi a accusé Twitter d’ignorer délibérément ses nouvelles règles encadrant le numérique – dont les critiques craignent qu’elles ne soient utilisées pour faire taire les dissidents – entrées en vigueur en mai 2021.

Peu avant, le gouvernement avait ordonné à Twitter et à Facebook de supprimer des dizaines de messages critiquant la gestion de la pandémie de coronavirus par Narendra Modi.