Un régulateur du livre en France se prononce en faveur de limitations pour les bandes dessinées sur mobile gratuites

227

Le régulateur de la loi sur le prix unique du livre en France s’est prononcé mercredi en faveur de limitations pour les bandes dessinées sur mobile gratuites, modèle économique importé de Corée du Sud. 

Ce sujet de la gratuité concerne principalement des BD sur le modèle coréen du webtoon, à lire de haut en bas sur un écran en mode portrait. Ces BD sont lisibles sur des plateformes spécialisées, parfois gratuitement, parfois pour des prix exprimés en jetons numériques. 

Les jetons peuvent être accumulés au fil du temps. Après un début gratuit, le lecteur doit attendre un certain nombre d’heures pour lire la suite, selon le modèle du «wait until free» («attendre jusqu’à la gratuité»). 

La plateforme Webtoon du sud-coréen Naver s’était lancé en France dès 2019. Son rival sud-coréen Kakao l’a imité trois ans plus tard, en mai. Iznéo (Fnac-Darty), Verytoon (éditions Delcourt), Glénat Manga Max (éditions Glénat), Webtoon Factory (éditions Dupuis) sont leurs concurrents français et belge.

Le régulateur du prix du livre, appelé médiateur du livre, s’était saisi lui-même pour s’assurer si les offres gratuites ne contrevenaient pas avec la loi qui impose un prix unique pour tout livre numérique. Il en a conclu que «les offres d’accès gratuit supérieures à 14 jours doivent rester limitées dans le temps». 

«Le médiateur du livre recommande ainsi aux acteurs de ne pas proposer d’offres d’accès gratuit dont la durée serait supérieure à deux mois. Il recommande également que leur périodicité maximale ne dépasse pas deux offres dans l’année» (soit quatre mois de gratuité dans l’année pour un titre), a-t-il poursuivi. 

Les éditeurs de plateformes doivent désormais «faire part des offres qu’ils sont susceptibles de mettre en place pour l’année à venir», pour faire examiner leur conformité avec la loi sur le prix unique du livre.