Vincent Bolloré «pas du tout» intéressé par la 4ème licence de téléphonie mobile 3G

    204

    L’homme d’affaires Vincent Bolloré a indiqué vendredi qu’il n’était «pas du tout» intéressé par la quatrième licence de téléphonie mobile 3G, dont le gouvernement français vient de lancer l’appel d’offres. «Cela ne nous intéresse pas du tout, cela n’est même pas envisagé», a-t-il déclaré à l’occasion de la présentation des résultats annuels de son groupe éponyme. M. Bolloré avait été pressenti par la presse comme un éventuel candidat à cette licence, en raison de sa nouvelle stratégie d’investissement dans les télécoms. Sa filiale Bolloré Telecom a obtenu, en juillet 2006, 12 des 49 licences régionales Wimax (internet haut débit sans fil), parmi les plus convoitées par les candidats. En 2006, le groupe Bolloré est par ailleurs entré au capital de Wifirst, société spécialisée dans l’accès internet Wifi dans les résidences universitaires et sur les campus. Le fournisseur d’accès internet Free avait indiqué la semaine dernière qu’il n’était pas non plus candidat à cette licence, ce qui ne laisse apparemment comme candidat potentiel que le câblo-opérateur Noos-Numéricâble, même s’il ne s’est pas déclaré officiellement. La date limite de candidature à cette licence, qui permettrait l’arrivée d’un quatrième opérateur mobile sur le sol français et dont le prix est de 619 millions d’euros, est le 31 juillet.