«Voici» condamné à des dommages et intérêts à Anne Sinclair

135

Le magazine «Voici» a été condamné mardi à verser à Anne Sinclair et son éditeur Olivier Nora respectivement 10.000 et 18.000 euros de dommages et intérêts provisionnels pour leur avoir prêté une relation, démentie par les intéressés, selon des décisions consultées. Dans son édition du 14 au 21 septembre, l’hebdomadaire avait fait sa Une sur une prétendue histoire d’amour entre la directrice éditoriale du Huffington Post et le patron des éditions Grasset. Statuant en référé (procédure d’urgence), la juge Anne-Marie Sauteraud a estimé que les photos publiées, quand elles n’ont pas été réalisées sans consentement, ont été «détournées de leur contexte» et publiées sans l’accord des intéressés, «afin d’illustrer un article fautif». Les atteintes à l’image et à la vie privée ont ainsi été retenues. Anne Sinclair, faisait valoir qu’en livrant des «éléments par ailleurs mensongers», pour «vendre ses numéros au plus grand nombre», le magazine s’était livré à des «supputations incontrôlées» participant d’un «acharnement médiatique (…) insupportable», rappelle l’ordonnance. «Voici» rétorquait que l’article litigieux n’avait suscité «aucune répercussion durable, dès lors que l’information a été immédiatement démentie». Soulignant que le magazine n’a jamais relayé ce démenti, la juge l’a en outre condamné à publier un communiqué judiciaire en page de sommaire.