Y. KHEZZAR (TF1) : « En ce qui concerne la fabrication de l’information, l’intelligence artificielle doit être envisagée comme un outil complémentaire. »

69
YANNI KHEZZAR

MediaLab, le programme d’accélération de TF1 à Station F accueille BusterAI qui propose des solutions logicielles automatiques de Media Intelligence pour détecter les fausses informations et limiter ainsi leurs risques de propagation. L’occasion pour média+ de rencontrer Yani KHEZZAR, journaliste et responsable de l’innovation pour l’Information de TF1.

media+

BusterAI vient d’intégrer le Medialab de TF1. Que peut apporter cette start-up au Groupe et plus particulièrement à la rédaction de TF1 ?

Yani KHEZZAR

En effet, BusterA vient d’intégrer le programme d’accélération du groupe TF1 à Station F et dans ce cadre, la startup collabore avec la rédaction de TF1. Elle propose des solutions logicielles automatiques de Media Intelligence, qui détectent les fausses informations et limitent ainsi leurs risques de propagation. Cette technologie, qui s’appuie sur des algorithmes d’intelligence artificielle appliqués à la compréhension du langage naturel et à la vision informatique, permet d’auditer une grande quantité de contenus multimédias (vidéos, images, audios, textes), de les analyser et d’en qualifier la fiabilité (Fact-Checking).

media+

L’innovation technologique est-t-elle manquante dans les médias ?

Yani KHEZZAR

L’innovation ne manque pas, mais c’est un progrès de plus en plus intéressant à intégrer car l’être humain est limité. Le journaliste ne peut pas tout vérifier dans un temps donné. Cette technologie devient indispensable dans les rédactions pour lutter contre les fake-news. Ces dernières continuent de se répandre en période de Covid19 ou d’élections par exemple, notamment sur les réseaux sociaux. Elles circulent beaucoup plus vite que les vraies informations malheureusement.

media+

L’intelligence artificielle peut-elle rendre certaines fakes news plus difficiles à détecter ?

Yani KHEZZAR

Oui en effet. En ce qui concerne la fabrication de l’information, l’intelligence artificielle doit être envisagée comme un outil complémentaire. La start-up BusterAI nous aide aussi à lutter contre les deepfake, heureusement plus rares car elles demandent une connaissance technologique assez forte. Mais nous devons nous équiper de la technologie nécessaire pour détecter une vidéo retouchée. À la rédaction, nous sommes souvent exposés à des infox ou confrontés à de fausses déclarations de diverses personnes.

media+

Quelles sont les vertus de ces nouvelles technologies ?

Yani KHEZZAR

L’innovation technologique apportée aux différents JT de TF1 permet d’apporter des outils de compréhension pour le téléspectateur, notamment avec les infographies que nous utilisons souvent. C’est très efficace. Nous misons aussi sur des formats innovants en utilisant la réalité augmentée et la réalité virtuelle. Nous pouvons ainsi faire venir en plateau des objets 3D. Nous ne faisons pas du spectacle ou du sensationnel, mais un travail d’information et de pédagogie digne d’un grand JT pour TF1.

media+

Quel est le budget alloué à l’innovation pour la rédaction de TF1 ?

Yani KHEZZAR

Nous n’avons pas d’enveloppe budgétaire précise. De plus, l’ensemble des innovations apportées à la rédaction de TF1 peuvent servir et aider les équipes de l’ensemble du Groupe TF1. Quoi qu’il en soit, nous regardons ce qui se fait sur le marché et ce qui peut être intégré au Groupe.