42,7 millions de cyberacheteurs en France

41

D’après l’Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie, le nombre de cyberacheteurs au 1er trimestre 2022 s’élève à 42,7 millions, soit près de 2 millions de cyberacheteurs supplémentaires en 1 an. «Avec la crise sanitaire, les consommateurs ont pris l’habitude d’acheter des produits alimentaires sur internet. Aujourd’hui, dans le contexte inflationniste, alors que 60% d’entre eux considèrent que leur budget alimentaire a augmenté, ils continuent à se tourner vers les sites de e-commerce. Ils leur permettent à la fois de mieux maîtriser leur budget pour 48% d’entre eux mais également pour 23% des internautes de se faire livrer et donc de ne pas utiliser leur voiture», déclare Marc Lolivier, Délégué Général de la Fevad. «L’étude montre que les plateformes de la grande distribution et les pure players généralistes restent les principaux acteurs de l’e-commerce alimentaire. Les premières ont profité d’un effet confinement qui a conduit au développement massif du drive (34% des internautes), tandis que les seconds séduisent les internautes avec des prix attractifs et une livraison rapide. Au-delà, d’autres types de plateformes se développent, en répondant à une volonté de consommer mieux, de manière plus responsable ou plus vite pour les plateformes de quick commerce», ajoute Xavier Lemuet, Directeur Ad’hoc et Grandes Enquêtes de Médiamétrie. 60% des internautes ont acheté des produits alimentaires sur internet au cours des 12 derniers mois. Si les sites et applis de supermarchés et hypermarchés restent en tête des services utilisés par les internautes (42%), les sites et applis de pure players (hors plateformes spécialisées bio) séduisent également 28% d’entre eux. La tendance au «Consommer responsable» se constate aussi sur internet. Plus de 2 internautes sur 5 connaissent des sites et applis anti-gaspi alimentaire et 17% y ont déjà acheté des produits. Autre phénomène naissant qui témoigne d’une volonté de consommer de manière responsable et de contribuer au dynamise local, les sites et applis de producteurs/circuits courts et de petits commerces de proximité indépendants sont aujourd’hui utilisés respectivement par 7% et 3% des internautes. Enfin, près d’1 internaute sur 4 (24%) connait les sites et applis de quick commerce, ces nouvelles enseignes digitales qui proposent la livraison de courses alimentaires en moins de 15 minutes dans les grandes agglomérations. A ce jour, 4% des internautes les utilisent ; ils sont plutôt urbains, masculins, jeunes et CSP+. A noter aussi que plus de 2 internautes sur 5 (42%) ont utilisé des services de livraison de repas à domicile en ligne au cours des 12 derniers mois. Plus de la moitié d’entre eux (55%) y ont recours au moins 1 fois par mois. Cette pratique est particulièrement développée chez les femmes, les 15-34 ans, les actifs/étudiants et en région parisienne. Leurs motivations ? 31% des fans de livraison à domicile avouent « ne pas avoir envie de se faire à manger ». Mais ils sont aussi 23% à reconnaître un «achat plaisir». L’usage des plateformes de livraison de repas à domicile fait jeu égal avec celui des sites et applis de restaurants, et ce quel que soit le type de restaurant (chaînes de restauration, restaurants indépendants et dark kitchen*). En effet, 27% des internautes commandent via des plateformes de livraison et 28% directement via les sites et applis de restaurants. Enfin, le contexte actuel de hausse des prix impacte les habitudes de consommation alimentaire des Français. 60% des internautes estiment que leur budget alimentaire global (en magasin ou en ligne) a augmenté. Par ailleurs, plus de la moitié (51%) des cyberacheteurs de produits alimentaires considère que la part de leurs achats effectués en ligne a augmenté. Parmi eux, 48% expliquent qu’il est plus facile de maîtriser son budget en ligne. Et 22% considèrent qu’il est plus facile d’utiliser et de trouver des bons de réduction et des promotions en ligne.