A. GÉNUYT (Spicee) : « Les plateformes de niche trouvent leur place sur le marché »

179

Dans un marché du streaming extrêmement concurrentiel, quelques services de vidéo à la demande parviennent à tirer leur épingle du jeu face à des mastodontes internationaux. C’est le cas de Spicee, une plateforme de streaming française indépendante, 100% dédiée au documentaire et proposant une offre à 4,90€/mois. Quelle stratégie pour le service ? Et quelles perspectives de développement ? Rencontre avec Adélaïde GÉNUYT, Directrice des opérations chez Spicee.

MEDIA +

Fondée en juin 2015, comment s’est imposée Spicee sur le marché du streaming ?

ADÉLAÏDE GÉNUYT

Le service a été conçu dès le départ comme la plateforme indépendante de streaming 100% documentaire. A ses débuts, Spicee produisait l’intégralité des programmes mis en ligne. Aujourd’hui, la politique de production se limite à quelques documentaires produits en interne chaque année. La majeure partie de notre stratégie est liée à l’acquisition de programmes. Nous nous sommes beaucoup rendus sur les marchés audiovisuels l’année dernière. 80 à 90% des documentaires sur la plateforme sont issus d’achats.

MEDIA +

Pourquoi avoir privilégié l’acquisition à la production ? 

ADÉLAÏDE GÉNUYT

Parce qu’il existe des films qui ont trop peu de visibilité, et qui méritent une meilleure exposition. On se concentre aussi sur la création d’une communauté d’abonnés engagée. Nos trois piliers éditoriaux sont : la planète, les droits des femmes et la lutte contre la désinformation. Depuis moins d’un an, nous avons acheté une cinquantaine de documentaires. Cette proportion va augmenter au fil du temps. Notre capacité d’acquisition est de plus en plus importante sachant que nous sommes multi-distribués et commençons à nous faire connaître du grand public.

MEDIA +

Quel volume de contenus proposez-vous ?

ADÉLAÏDE GÉNUYT

On dispose d’un catalogue qui nous appartient et qui est assez conséquent. Il est lié aux nombreux documentaires produits par Spicee. Le volume que l’on propose aujourd’hui à nos abonnés pour 4,90€/mois (sans engagement) est d’environ 300 titres : des longs documentaires, des séries documentaires et des sujets plus courts. Nos utilisateurs ont souvent un temps déterminé pour regarder un documentaire. On fonctionne donc par tranche (vous avez moins de 5 minutes, 10 minutes, plus de 30 minutes…). Chez Spicee, l’équipe est constituée de journalistes. Lorsque l’on conçoit la grille annuelle, on se focalise sur des temps très forts liés à l’actualité. Nous cherchons des documentaires en résonance avec le monde. Nous savons éditer nos pages et faire en sorte que nos documentaires racontent la société.

MEDIA +

Et qu’importe le format ?

ADÉLAÏDE GÉNUYT

La priorité est d’être original, de révéler de jeunes réalisateurs et de casser les codes en termes de durée tant que cela raconte quelque chose. On mise aussi sur des reportages de terrain impactants.

MEDIA +

Quelle est votre logique de distribution ?

ADÉLAÏDE GÉNUYT

La multidistribution ! Cette logique n’existait pas à la création de Spicee. De base, la solution que nous utilisions pour notre plateforme avait été créée par nos équipes de développement en interne. Aujourd’hui, notre actionnaire majoritaire est VOD Factory, une société qui a créé une solution technique très modulable et ergonomique qui nous permet d’être multi-distribuée. On apparaît dans des corners ou des bouquets TV. Ils nous permettent d’atteindre d’autres abonnés que nous n’aurions pas touché par ailleurs. Spicee est disponible dans l’offre de Prime Video sur Amazon mais aussi la TV d’Orange, Molotov et VOO en Belgique. Nous souhaitons maintenant intégrer différents opérateurs comme Free. Cette logique ne vient pas cannibaliser notre offre OTT. L’application sur Apple et Android nous permet aussi d’être partout.

MEDIA +

Et votre nombre d’abonnés ?

ADÉLAÏDE GÉNUYT

On ne communique pas sur les chiffres. En revanche, le taux de recrutement est croissant. Ceux qui s’abonnent à Spicee sont des personnes qui attendent des réponses à des sujets d’actualités. Ils recherchent un journalisme d’impact et de solution. La tranche d’âge : 25-40 ans. Ils sont dispatchés un peu partout en France. Une grosse partie de notre communauté est liée à l’éducation avec beaucoup d’enseignants qui ont besoin de ressources vidéo. Nous avons créé un volet «Éducation» en 2021, une ressource numérique mise à disposition des professeurs et établissements scolaires. Spicee Educ lutte contre la désinformation, le complotisme et propose de l’éducation aux médias. On a aussi reproduit des sujets courts pour créer des modules en classe, élaborer des séances.

MEDIA +

Comment Spicee tire son épingle du jeu dans la jungle du streaming ?

ADÉLAÏDE GÉNUYT

Proposer un service spécialisé est une vraie opportunité. Certains abonnés souscrivent parfois pour un contenu en particulier. Les plateformes généralistes perdent beaucoup d’abonnés en ce moment car elles ont un catalogue très large. De fait, les plateformes de niche trouvent leur place sur le marché. Il y a beaucoup de spectateurs en quête de journalisme d’impact et de documentaires engagés. C’est ainsi que nous tirons notre épingle du jeu.

MEDIA +

Quels chantiers à venir ?

ADÉLAÏDE GÉNUYT

Développer la plateforme pour une plus grande attractivité, être toujours plus multi-distribué et déployer Spicee Educ’. En France, nous avons accès à des plateformes indépendantes. Pour qu’elles continuent d’exister, il faut la financer en s’abonnant.