A. LAROCHE-JOUBERT (ALP) : « Boyard Land est un investissement humain et financier »

773

MEDIA +

Lancement de «Boyard Land» samedi 21 décembre sur France 2. Cette création est-elle un enjeu industriel pour ALP ?

Alexia LAROCHE-JOUBERT

«Boyard Land» est un investissement humain et financier. Deux ans ont été nécessaires pour monter ce projet. Les équipes d’ALP ont travaillé à une cohérence d’univers et à des mécaniques de jeux. France Télévisions nous soutient depuis le début. En plus du budget alloué, ALP investit significativement dans le programme. L’idée est d’imposer la marque «Boyard Land» en France, puis de la déployer à l’international avec, potentiellement, la création d’un hub. Il s’agit d’une initiative qui s’envisage à 2 ans. 

MEDIA +

30 ans après sa création, le succès de «Fort Boyard» ne se dément pas…

Alexia LAROCHE-JOUBERT

Nous avons rencontré un vrai succès d’audience pour les 30 ans. La 2ème partie de soirée – initiée la saison dernière sur France 2 – sera reconduite en 2020 dans une version simplifiée. Notons aussi que «Fort Boyard» a accueilli cette année le tournage de 6 pays.

MEDIA +

Quelles sont vos ambitions à l’international ?

Alexia LAROCHE-JOUBERT

Historiquement, notre société a une aura internationale. Il y a 2 ans, j’ai créé la filiale «Survivor Central Productions» (SCP) gérée par des anciens de «Koh Lanta». Nous sommes ainsi devenus producteurs exécutifs des versions locales de «Survivor» (dont les droits sont détenus par Banijay) pour plusieurs pays comme l’Allemagne, la Suède, la Norvège, la Belgique ou encore la Hollande. Cette logique de production internationale nous permet de conserver un benchmark très fort sur la franchise, de protéger les éléments constitutifs du format et de sa qualité de production. Des hubs ont été installés à Fidji, aux Philippines et bientôt dans de nouveaux endroits. Cette démarche nous permet d’amortir les coûts et d’assurer la survie de nos formats à travers une qualité de production, face aux budgets moindres des chaînes.     

MEDIA +

«Koh-Lanta» de retour en 2020 sur TF1 ?

Alexia LAROCHE-JOUBERT

Bien entendu ! D’ailleurs, je n’ai pas de problème avec le fait que la franchise soit diffusée 2 fois pour an ou qu’elle se repose. Nous avons la chance de travailler au renouvellement de la marque. Il s’agit d’un équilibre complexe qu’il ne faut pas perturber, c’est-à-dire conserver ce pourquoi le public regarde l’émission, tout en apportant des éléments originaux dans un respect d’équité et du surpassement de soi. Notre service R&D creuse de très nombreuses idées. 

MEDIA +

De nouveaux numéros de «L’Aventure Robinson» ont-ils été commandés ?

Alexia LAROCHE-JOUBERT

Pas pour l’instant. Les commandes sont liées à la programmation et aux audiences du prochain numéro prévu le 27 décembre en Prime avec Black M et Julien Lepers, sur TF1. A l’international, les droits ont été optionnés. Un format de 50’ a même été développé pour les pays scandinaves et la Hollande.

MEDIA +

«Les Minikeums» résisteront-ils à la fermeture de France 4 ? 

Alexia LAROCHE-JOUBERT

Je ne veux pas m’engager à la place de France TV. Mais «Les Minikeums» est l’un des plus gros succès digitaux de France 4. J’ai noté que nos marionnettes étaient bien mises en avant dans la nouvelle offre jeunesse du groupe public, Okoo. 

MEDIA +

D’autres projets en cours ?

Alexia LAROCHE-JOUBERT

Nous débutons en janvier le tournage, hors Europe, de «10 couples parfaits» pour TFX. La mécanique de jeu reste la même et le gain à partager est de 200.000 €, soit le plus gros gain dans ce type d’émissions. Nous développons aussi un format qui se passe dans un labyrinthe. Ce dernier a suscité l’intérêt d’une chaîne historique et nous allons partir en repérage. Enfin, nous venons de produire «Cleaners, les experts du ménage» pour le Groupe TF1.

LES DIRIGEANTS

A. LAROCHE-

JOUBERT

Présidente

COORDONNEES

23 Rue Linois 

75015 Paris

DATE DE CREATION

1972

PRODUCTIONS

 «Koh Lanta», «Fort Boyard», «Boyard Land», «Les Minikeums»,…