A Las Vegas, le grand salon annuel des technologies prend soin de nos corps

63

Des oreillers pour améliorer le sommeil, des toilettes pour analyser l’urine à la maison, des hologrammes pour aider les chirurgiens: de nombreuses nouveautés présentées mardi en avant-première du CES, le grand salon de l’électronique de Las Vegas, sont destinées à prendre soin de nos corps. Avec la pandémie, la santé sera de nouveau un thème majeur de l’événement, estime l’analyste tech Avi Greengart. «On devrait voir des gadgets santé vraiment intéressants qui surveillent ou améliorent notre bien-être», avance-t-il. Plus besoin d’aller au laboratoire pour certaines analyses d’urine: l’entreprise francaise Withings a inventé un appareil qui se place sur la cuvette des toilettes, comme un bloc désodorisant, baptisé U-Scan. Il suffit de faire pipi à la maison, comme d’habitude. Un capteur thermique détecte l’urine et identifie de quel membre du foyer elle provient, pour éviter que les amis de passage ne soient aussi analysés. Le liquide est ensuite passé au crible dans une cartouche contenant jusqu’à 100 tests et durant environ trois mois. Les résultats sont envoyés sur le téléphone et peuvent être partagés avec le médecin. Withings a développé deux versions: l’une destinée à suivre le cycle hormonal des femmes, l’autre à la nutrition avec des informations sur le niveau d’hydratation, de PH ou de vitamine C. L’entreprise peut, selon les demandes, suggérer des changements d’alimentation. Une 3ème version a aussi été conçue pour des projets de recherche, avec des personnes susceptibles de faire des calculs rénaux par exemple. Avoir ces données au quotidien va permettre à l’utilisateur ou l’utilisatrice, et au corps médical, de comprendre la santé de la personne, puisque ce ne sera pas des mesures qu’on va faire une fois tous les ans, ou tous les deux ans», remarque Mathieu Letombe, de Withings. Pour les dormeurs qui, en ronflant, réveillent leur partenaire ou sont gênés par leurs propres bruits, la société sud-coréenne 10minds a conçu un oreiller gonflable lié à un capteur de son. «Quand vous commencez à ronfler, notre système va le détecter», explique Daehyun Kim, un représentant de la société, en précisant que la machine peut différencier les bruits d’un éventuel partenaire ou d’un chien. Les 4 coussins gonflables à l’intérieur de l’oreiller vont alors se gonfler ou se dégonfler, presque sans bruit, «pour que votre tête tourne sur le côté». Les voies respiratoires s’ouvrent, et les ronflements s’arrêtent. Pour ceux qui se plaignent d’avoir mal au cou ou au dos, la société sud-coréenne Bodyfriend commercialise, pour 9.500 dollars, une chaise de massage se concentrant sur l’arrière du cou, la tête étant retenue par un bandeau. La machine diffuse aussi de la chaleur dans le dos et émet des ondes électromagnétiques pulsées censées atténuer les douleurs musculaires. «Notre technologie aide à résoudre les problèmes créés par la technologie», remarque Changjoo Kim, responsable de la société en Amérique du Nord: passer du temps sur son téléphone et autres écrans peut créer des problèmes de dos. La société française Abys Medical veut, avec ses logiciels et son casque de réalité augmentée, aider les chirurgiens orthopédiques et de traumatologie à opérer. Avant l’acte, l’équipe médicale peut planifier l’intervention en rassemblant sur une plateforme toutes ses radios et autres images médicales et ainsi recréer en 3D le squelette du patient, comme un «jumeau numérique». Au bloc, le chirurgien peut à travers son casque accéder à tout moment à ces informations sous forme d’hologramme. L’outil peut être particulièrement bénéfique aux chirurgiens les moins expérimentés, avance Arnaud Destainville, co-fondateur de la société. Il peut aussi prouver que le soignant a correctement planifié l’intervention.