Accord Bein-Canal+: l’Autorité de la concurrence a lancé une consultation auprès de la LFP

342

L’Autorité de la concurrence «a lancé une consultation sur l’accord Bein-Canal+» auprès de la Ligue de football professionnel (LFP), a déclaré son nouveau directeur général, Didier Quillot mardi à la sortie du Conseil d’administration de l’instance. «L’autorité de la concurrence a lancé une consultation sur l’accord Bein-Canal+ et donc je vais, avec les équipes de la Ligue, travailler sur l’analyse que nous ferons des questions qu’elle nous a posées», a déclaré Didier Quillot, intronisé mardi au poste de directeur général de la LFP.Son prédécesseur à ce poste, Jean-Pierre Hugues avec lequel il va travailler en binôme pendant un mois, a expliqué que l’Autorité avait envoyé à la Ligue «un questionnaire qui est un test de marché», dans lequel «la Ligue donne son avis, de manière très détaillée, sur des questions formulées par l’Autorité». Ce test de marché a aussi été «proposé au rugby mais pas à d’autres sports collectifs à ma connaissance, aux autres diffuseurs, aux distributeurs», a poursuivi Jean-Pierre Hugues. «On a un délai fixé jusqu’à demain (mercredi) et prolongé d’une semaine à notre demande pour répondre à ce test de marché». «On a l’habitude de ce genre de tests de marché, ce n’est pas la première fois qu’elle le fait, a-t-il encore détaillé. «C’avait été le cas, par exemple, lors de la fusion TPS/Canal+, là c’est un cadre juridique un peu différent puisqu’il ne s’agit pas, a priori d’une fusion mais d’un accord de distribution exclusif». Canal+, en difficulté sur ses deux piliers que sont le sport et le cinéma, a vécu de nombreuses secousses depuis sa reprise en main par Vincent Bolloré, patron de Vivendi, notamment la perte des droits du championnat anglais de football raflés par Altice/Numéricable. C’est cet échec cinglant qui a poussé Canal+ à engager rapidement des discussions avec BeIn Sports, la chaîne qatarie qui l’a pourtant affaibli en faisant exploser les enchères des droits sportifs depuis 2012.