Animation japonaise: une base de données à l’étude pour les TV étrangères

    150

    Le gouvernement japonais ainsi que les chaînes de télévision nippones publiques et privées étudient la création d’une base de données de leurs productions (animations, séries) afin de mieux les présenter et les vendre aux diffuseurs étrangers, a indiqué mercredi la NHK. «Les chaînes de télévision et le ministère des Télécommunications discutent actuellement au sein d’un groupe de travail de l’éventuelle création d’une base de données, pour référencer les animations et séries japonaises susceptibles d’être vendues à des chaînes étrangères», a expliqué une porte-parole du groupe audiovisuel public NHK. Un tel système permettrait de faciliter l’accès des diffuseurs étrangers aux productions nippones pour lesquelles l’intérêt grandit dans le monde. Le salon annuel de l’animation «Tokyo Anime Fair» au Japon ou les grandes manifestations d’échange de programmes à l’étranger permettent certes de faire connaître les créations nippones hors de l’Archipel, mais en dehors de ces événements l’accès aux informations demeure difficile, estime le gouvernement. L’Etat japonais, qui a aussi créé en mars 2006 à Tokyo un «Anime Center», lieu et organisme de promotion de «l’anime nippone», considère que son influence sur la scène internationale et l’attractivité du Japon passent aussi par une diplomatie culturelle («soft power»).Il entend surfer sur la vague du succès international croissant des manga, des dessins animés, de la «J Pop» (pop japonaise), du théâtre traditionnel Kabuki et des autres arts nippons anciens ou modernes.