Antitrust: après Apple, c’est au tour de Google de faire face à Epic Games devant un tribunal

194

Après Apple, c’est au tour de Google de faire face à Epic Games devant un tribunal, le créateur du très populaire jeu vidéo Fortnite accusant les deux groupes technologiques de monopole illégal sur le marché des applications mobiles. Plus de trois ans après la plainte d’Epic Games, le procès s’est ouvert lundi à San Francisco, alors que Google se défend déjà à Washington depuis un mois et demi contre le ministère de la Justice américain, dans le cadre d’un procès antitrust historique. Epic reproche à Apple et Google, qui dominent l’économie mobile mondiale, d’imposer aux développeurs d’applications l’utilisation de leurs plateformes de téléchargement (l’App Store d’Apple et le Play Store de Google) ainsi que leurs systèmes de paiement, et de leur faire payer des commissions trop élevées (30%). «En 1998, quand Google a été fondé, c’était une jeune entreprise fascinante avec une devise unique : «Don’t Be Evil»», («Ne soyez pas malveillant», ndlr), ont souligné les avocats d’Epic en introduction de la plainte de 2020. «Vingt-deux ans plus tard, Google a relégué sa devise au second plan et utilise sa taille pour nuire à ses concurrents, aux innovateurs, aux clients et aux utilisateurs sur une multitude de marchés qu’il s’est mis à monopoliser», selon eux. A Washington, les procureurs utilisent des arguments similaires. Ils accusent le groupe californien d’avoir bâti son empire non pas grâce à sa popularité mais via des contrats d’exclusivité illégaux avec des entreprises comme Apple et Samsung, pour que son moteur de recherche soit installé par défaut sur leurs appareils et services. Le procès entre Apple et Epic a eu lieu en 2021. Il y a deux ans, une juge fédérale américaine a sommé Apple d’autoriser un système de paiement alternatif au sein de l’App Store, mais a également estimé qu’Epic n’avait pas réussi à prouver qu’Apple avait enfreint le droit de la concurrence. Apple et Google font régulièrement valoir que les commissions sont d’un niveau standard dans l’industrie, et qu’elles permettent d’assurer la sécurité du système de paiements, notamment. Contrairement au fabricant de l’iPhone, Google autorise les magasins alternatifs. Mais l’éditeur de Fortnite a entrepris de démontrer que c’est une illusion, et que le système d’exploitation mobile Android n’est guère plus ouvert que iOS. Epic Games accuse son adversaire d’avoir passé des contrats avec différentes entreprises pour verrouiller son emprise sur le marché de la distribution des applications. «Google a érigé des barrières contractuelles à la concurrence (…) en reconnaissant que le groupe risquait de perdre des milliards de dollars si jamais la distribution des applis sous Android était ouverte à la compétition et que des magasins concurrents, dont un +Epic Store+, parvenaient à «gagner du terrain»», assure le studio dans sa plainte révisée d’août 2021.