Apple suspend le déploiement de son IA générative en Europe en raison de contraintes réglementaires 

53

Apple a indiqué vendredi qu’il reportait sine die le lancement de son système d’intelligence artificielle (IA) générative dans l’Union européenne, du fait d’»incertitudes réglementaires» liées au règlement sur les marchés numériques (DMA), selon une porte-parole. 

Le groupe s’inquiète, en particulier, des obligations fixées par la DMA en matière d’interopérabilité, qui doit permettre de communiquer entre différentes plateformes et systèmes de messagerie mais pourrait poser, selon Apple, un risque pour la sécurité et la protection des données personnelles. 

Apple a dévoilé, début juin, Apple Intelligence, une nouvelle nomenclature qui doit optimiser l’utilisation de ses appareils, de l’iPhone au Mac, grâce à l’IA générative. 

Cette dernière permet de créer des contenus, en texte, image ou son, sur simple demande formulée en langage courant, ou d’obtenir des réponses détaillées à des questions. 

Avec Apple Intelligence, il sera désormais possible de créer son propre émoji personnalisé ou de trouver une photo dans ses albums en la décrivant à l’oral. 

Le groupe de Cupertino cherche ainsi à rattraper son retard dans le domaine de l’IA générative, alors que plusieurs de ses grands concurrents proposent déjà, depuis plusieurs mois, des produits intégrant cette technologie. Lors de la présentation d’Apple Intelligence, Apple a mis en avant la sécurité de son système, l’un des chevaux de bataille de l’entreprise depuis des décennies. 

Un détenteur d’iPhone équipé d’Apple Intelligence pourra ainsi profiter de la puissance de calcul de serveurs à distance (cloud computing) et ne pas se limiter aux capacités de son smartphone, sans que ses données ne soient stockées ou utilisées par d’autres. 

La DMA, entrée en vigueur début mars, doit contraindre les géants technologiques à s’ouvrir à la concurrence. 

Le règlement cible tout particulièrement Apple, qui devra notamment autoriser, sur ses produits, l’installation d’autres boutiques d’application que son Apple Store. 

«Nous craignons que les obligations de la DMA en matière d’interopérabilité ne nous force à mettre en péril l’intégrité de nos produits d’une manière risquée pour la sécurité des données et leur protection», a expliqué la porte-parole d’Apple. 

De ce fait, a-t-elle ajouté, «nous ne pensons pas que nous seront en mesure de mettre à disposition des utilisateurs de l’Union européenne, cette année, trois fonctionnalités», notamment Apple Intelligence. 

Le report concerne aussi la possibilité de projeter sur un autre support l’image d’un écran d’iPhone ou de partager le contenu de son écran avec une personne lors d’une conversation en ligne.