Chine: Apple retire Radio France et France Inter de sa boutique d’applications à la demande des autorités

65

Le géant américain du numérique Apple «est en train de retirer» Radio France et France Inter de sa boutique d’applications en Chine à la demande des autorités, a annoncé jeudi le groupe public français. «Nous regrettons que nos auditeurs installés en Chine se retrouvent ainsi sanctionnés en perdant un accès simple à nos directs et podcasts, en particulier à nos contenus d’information vérifiée», déplore Radio France.

Apple a informé Radio France de ce retrait. La marque à la pomme y explique agir «à la demande de l’administration chinoise du Cyberespace (CAC)» parce que l’application de Radio France «comprend du contenu qui est illégal en Chine».

«L’app influencerait l’opinion publique chinoise», a commenté sur X le directeur du numérique et de la stratégie d’innovation de Radio France, Laurent Frisch.

«Nous suspectons qu’est ciblé l’excellent podcast de France Inter» sur le président chinois, intitulé «Xi Jinping, le prince rouge», ajoute-t-il. La Chine surveille étroitement ses médias et internet, soumis à une stricte réglementation et une censure des contenus qui présentent la politique de l’Etat sous un mauvais jour ou sont de nature à créer de l’agitation.

De nombreux sites (Google, YouTube…), applications et réseaux sociaux étrangers (X, Instagram, Facebook…) sont ainsi inaccessibles sans outils informatiques comme des réseaux privés virtuels (VPN) permettant de contourner les blocages.

En avril, Apple a retiré WhatsApp et Threads de la version chinoise de son App Store, sa boutique virtuelle où se téléchargent les applications, également à la demande du régulateur chinois de l’internet (CAC).

Les produits Apple, de l’iPhone à l’iPad, sont très populaires en Chine, l’un des principaux marchés du groupe américain hors des Etats-Unis.

Apple s’est toujours abstenu de prendre position sur des sujets sensibles ou de froisser le pouvoir chinois. Son PDG a été plusieurs fois reçu par de hauts responsables tel un chef d’Etat.