Arthur (Satisfaction, The Television Agency) : « Nous préparons un programme original avec des drag-queens »

1175

MEDIA +

Les 31 janvier et 7 février, TF1 propose en Prime Time «Stars à nu». Quand avez-vous repéré le format ? 

Arthur

Je l’ai repéré il y a près d’1 an. Après avoir vu la version anglaise, «The All New Monty : Who Bares Wins», j’ai attendu que les droits se libèrent. Entre le moment où j’ai acquis le format et le moment où TF1 l’a commandé, il s’est écoulé 1 heure. C’est le fruit de plusieurs années de confiance, la chaîne savait pertinemment que je n’allais pas faire quelque chose de trash. Le format anglais (filmé à l’épaule en mode documentaire, un peu cru et qui dure 40’) n’a strictement rien à voir avec la version française. On a trouvé un cast premium qui a décidé de se déshabiller pour la bonne cause devant un public de 1.200 personnes dans la salle mythique du Lido de Paris. Nous avons sublimé la démarche et cela donne ainsi envie aux gens d’aller se faire dépister contre le cancer du testicule et de la prostate et contre le cancer du sein. Une grande partie des personnes qui ont visionné le programme à TF1, sont d’ailleurs allés se faire dépister. Je fais ce programme à un moment de ma vie où j’ai été touché personnellement dans mon entourage par la maladie.

MEDIA +

«Stars à nu» aurait-elle pu voir le jour il y a 10 ans ?

Arthur

Cette émission aurait sûrement été plus facile à faire il y a 10 ans. Nous avons beaucoup débattu sur le titre «Stars à nu». On s’est dit que le programme allait être décrié avant même sa sortie. Ce qui est le plus compliqué, c’est la frontière entre le divertissement et l’émission d’information. Mais parfois, il y a des moments où la magie opère. Par exemple, on a fait venir sur le tournage Jean-Pierre Pernaut et Claudia Tagbo. Ils ont témoigné sur ce qu’ils ont vécu face à la maladie.

MEDIA +

Sur cette production, vous avez monté une équipe essentiellement féminine. C’était une évidence ?

Arthur

Je suis entouré à 75% de femmes dans mon équipe. Donc, ça a été assez facile de trouver une réalisatrice, des monteuses et des productrices pour assurer la fabrication du programme. On a voulu mettre les artistes à l’aise. De plus, nous avons tourné avec des moyens techniques proches du cinéma. On est à 120 jours de montage par émission. Le cachet que nous avons donné à tous les artistes, ils l’ont, pour la majeure partie, reversé à une association.

MEDIA +

Est-ce un programme qui peut faire l’objet d’une diffusion annuelle ?

Arthur

Si l’émission fonctionne, nous pourrions la faire régulièrement. Il y a plein d’autres causes à défendre.

MEDIA +

En matière de création originale, que préparez-vous actuellement ?

Arthur

Nous allons démarrer le tournage d’une émission sur les zombies pour TF1, au printemps. Le décor est en cours de construction. «Diversion» est de retour avec nos spécialistes de l’illusion (vendredi 24 janvier, ndlr). Au mois de mars, nous aurons le premier «Vendredi tout est permis» au Zénith de Lille devant 5.000 personnes. Ça ne sera pas capté pour la TV car c’est le début de la tournée d’une quinzaine de dates. Petit-être que nous filmerons le dernier show. On tourne aussi les prochains «Touristes» pour TF1. Nous avons toujours «La villa des cœurs brisés» (TFX), «La Bataille des Couples» (TFX), ou encore «Les Anges» (NRJ12). On a un grand Talent Show que va produire Antoine Henriquet (Ah Production !) sur les danses folkloriques françaises. Nous produisons aussi beaucoup de documentaires dont un sur David Guetta et un autre sur Karl Lagerfeld. Enfin, nous allons tourner, je l’espère au printemps, un programme original avec des drag-queens. Pour l’instant, ça s’appelle: «It’s good to be the queen». 

LES DIRIGEANTS

Arthur

Fondateur & Producteur

COORDONNEES

78 Avenue Marceau

75008 Paris

DATE DE CREATION

Juillet 2010

PRODUCTIONS

«Vendredi tout est permis», «Diversion», «Stars à nu»,…