Audiovisuel: des «annonces dans le bon sens» mais aussi des réserves

    166

    Jean-François Téaldi, un des porte-parole de l’intersyndicale de France Télévisions, a estimé mardi que certaines annonces du chef de l’Etat sur l’audiovisuel public allaient «dans le bon sens», tout en émettant des réserves sur la question du financement. «Il y a des annonces qui vont incontestablement dans le bon sens», a déclaré M. Téaldi (SNJ-CGT) après une rencontre entre les syndicats et le chef de l’Etat, qui précédait l’installation officielle par M. Sarkozy d’une «commission pour la nouvelle télévision publique». Le leader syndical a cité le maintien des périmètres de France Télévisions, de Radio France et de l’audiovisuel extérieur (France 24, RFI et TV5Monde), le remodelage des décrets Tasca (régissant les rapports entre producteurs et diffuseurs), l’annonce d’un possible apport en capital de l’Etat à France Télévisions. «Quelques autres propositions nous inquiètent», a-t-il toutefois nuancé. «Même s’il s’est engagé à combler euro par euro le manque à gagner (de la suppression de la publicité sur 2008 et 2009), le président de la République nous a dit qu’il y avait un désaccord sur les 1,2 milliard d’euros de France Télévisions, les 45 millions pour Radio France et les 8 millions pour RFI». Ces sommes correspondent au manque à gagner entraîné par la fin de la publicité, tel qu’estimé par les médias concernés. M. Téaldi a également indiqué avoir demandé une augmentation graduelle de la redevance. Le chef de l’Etat «a dit que ça serait un débat dans le cadre du parlement, mais il ne s’est pas engagé plus là dessus». A propos de l’audiovisuel public extérieur, une autre porte-parole de l’intersyndicale, Carole Petit (SNJ), a indiqué que le président Sarkozy «ferait des déclarations sur le sujet à la fin de la semaine». «Il n’a pas voulu nous en dire plus et s’est déclaré favorable à une concertation avec les partenaires sociaux», a-t-elle ajouté. L’intersyndicale sera associée à la reflexion à venir sur les financements de l’audiovisuel public comme sur la redéfinition du cahier des charges.