Audiovisuel public: le gouvernement envisage de créer une commission garante de l’indépendance

310

Le gouvernement envisage de créer une commission qui jouerait le rôle de «vigie de l’indépendance» financière des télés et radios publiques pour calmer les craintes liées à la suppression annoncée de la redevance, a déclaré mercredi la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak. «Il y a cette idée que je trouve intéressante, et sur laquelle nous travaillons, d’une commission qui pourrait être la vigie de l’indépendance» de l’audiovisuel public, a déclaré la ministre, auditionnée par la Commission de la Culture et de la Communication du Sénat. Elle s’exprimait au lendemain d’une grève massive de l’audiovisuel public pour protester contre la suppression de la redevance. La création de cette commission a été proposée par un rapport sénatorial publié le 8 juin, qui préconisait par ailleurs une fusion des entreprises de l’audiovisuel public.Selon ce rapport, cette structure, l’Autorité supérieure de l’audiovisuel public (ASAP), serait chargée d’évaluer les besoins budgétaires et de suivre les financements. «Comment (cette commission) pourrait-elle être composée ? Quel serait son mode de fonctionnement? Nous y travaillons. (…). Ce sera en large partie inspiré de vos travaux», a commenté Mme Abdul Malak. Les auteurs du rapport, les sénateurs LR Jean-Raymond Hugonet et Roger Karoutchi, proposaient qu’elle soit composée de 5 membres: un magistrat de la Cour des comptes comme président et quatre personnalités qualifiées nommées par l’Assemblée nationale et le Sénat. Annoncée par Emmanuel Macron avant sa réélection, la suppression de la redevance figure dans le paquet de mesures sur le pouvoir d’achat, attendu le 6 juillet en Conseil des ministres avant un examen au Parlement. L’exécutif veut supprimer la redevance dès cet automne, au profit d’un budget courant sur plusieurs années. Mais selon ses opposants, cette mesure menace le financement et l’indépendance de l’audiovisuel public. «Nous restons attachés au pluralisme, à l’indépendance, et toutes les garanties seront proposées en ce sens, renforcées même, (avec) cette nouvelle commission», a martelé la ministre. Interrogée sur l’hypothèse d’une fusion de France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’Ina lancée par le rapport sénatorial, elle a répondu: «Toutes les options débattues doivent être discutées». «Regardons précisément si (la fusion) peut permettre plus d’agilité, plus d’efficacité (…) sans même parler des économies, ou pas», a poursuivi la ministre. «Est-ce qu’il y a des synergies qui peuvent être renforcées sans pour autant passer par une fusion des entreprises? Toutes ces questions doivent être débattues».