Avocats contre intelligence artificielle: victoire écrasante des humains

304

«L’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’humain ?» Un étonnant concours de plaidoirie entre de jeunes avocats et ChatGPT s’est conclu mercredi soir par une victoire écrasante des humains, plébiscités par leurs pairs.

Dans le sous-sol d’un bar parisien, une cinquantaine de professionnels du barreau avaient décidé de se mesurer à ChatGPT, l’IA conversationnelle qui fascine le monde depuis deux mois, à l’initiative de l’Union des jeunes avocats de Paris.

Règle du jeu: trois concours d’éloquence autour de trois questions sur la rivalité homme-machine.ChatGPT, dont le texte était lu au public, démarrait le match, en défense de l’intelligence artificielle. Un avocat pro-humain lui répondait par un discours de son cru. Le public votait en brandissant un carton rouge pour l’humain, bleu pour l’IA.

Des requêtes avaient été posées en amont à ChatGPT. Ces «prompts» lui demandait «une plaidoirie sur un ton plutôt drôle et en 1.000 mots», a expliqué en préambule Me Clémence Marolla, de l’UJA. Dans leur réquisitoire, les avocats ont manié tour à tour l’émotion, la poésie l’humour, l’amour, l’ironie, la dérision, les effets de manche et les bons mots. «L’IA ne crée pas, elle pille. Ce que vous dites, c’est du vol. L’IA ne crée pas, elle fige. Elle vomit», s’est enflammé Me Etienne de Dreuille, très applaudi.Autre argument: «l’intelligence implique la compréhension», quand chatGPT ne fait que générer des mots automatiquement, inspirés des millions de documents ingurgités.Pour énumérer ce que l’IA pourrait faire mieux qu’un humain, chatGPT, dont Microsoft a annoncé cette semaine l’intégration à son moteur de recherche Bing, a fait valoir des arguments logiques et des exemples concrets, mais sans relief.

Autour de bières et de fromages, le public a cependant écouté avec un peu d’inquiétude l’IA lancer: «vous êtes fatigués de passer du temps à faire des tâches fastidieuses ? Laissez l’IA vous aider. Vous pourrez vivre des vies plus confortables».

Et certaines phrases ont porté quand, par la voix d’un jeune avocat persuasif, ChatGPT a loué l’IA, «impartiale, logique, rapide, précise et persévérante, qui peut trouver des solutions plus complexes et plus judicieuses qu’un humain, sans motivation personnelle ou égoïste, sans chercher l’argent, la reconnaissance ou le pouvoir».

«Elle pourra aider à construire un avenir plus brillant pour tous», a argué l’outil conversationnel. Malgré tout, les humains ont, par trois fois, gagné avec une marée rouge. «Une IA pourra peut-être convaincre, en faisant appel à la raison mais pas persuader, ce qui fait appel à l’émotion», a conclu une jeune juriste.