B. ALONSO (Ooyala) : «Nous allons assister à une «Spotifyfisation» du marché de la vidéo»

293

En réaction au lancement de la plateforme Disney+, Beatriz ALONSO, Directrice Marketing Produits Monde chez Ooyala (fournisseur de solutions de diffusion et de monétisation de vidéos en ligne), nous analyse les enjeux de la maîtrise de la chaîne de distribution qui déterminera le succès de Disney+.

media+

Que vous inspire l’arrivée de Disney+ en France ?

Beatriz ALONSO

Il s’agit d’une situation intéressante qui démontre que des sociétés comme Disney, possédant un catalogue fourni, peuvent opter pour une stratégie visant à proposer du contenu directement au consommateur. Disney est en lien non seulement avec leurs clients à travers leurs dessins animés et films, mais aussi à travers toutes les expériences qu’ils proposent : parcs thématiques, produits dérivés… Dans ce contexte la plateforme Disney+ est, en toute logique, l’étape suivante qui vise à augmenter leur audience et se rapprocher directement de leurs consommateurs en évitant les services intermédiaires comme Amazon, Netflix, etc.

media+

Disney+ sera-t-elle donc obligée d’investir dans des contenus originaux ? 

Beatriz ALONSO

Disney a un avantage non négligeable par rapport à Netflix et Apple TV+ (qui sera le prochain service de streaming lancé sur le marché). Cet avantage réside dans le fait que Disney dispose d’un catalogue riche de plusieurs dizaines d’années de contenu qui peut être ainsi réutilisé. C’est une mine d’or à disposition sans devoir faire un investissement additionnel. Disney investit déjà massivement dans du contenu original tous les ans que ce soit à travers leurs propres studios, ceux de Pixar, Marvel, Lucasfilms ou 21st Century Fox et je ne pense pas que ce service les oblige à investir davantage encore dans l’offre. C’est leur grand avantage par rapport aux principales sociétés de création de contenu.

media+

Pourtant il y a une prime à l’inédit sur le service de SVOD ?

Beatriz ALONSO

Si Disney+ veut convaincre un large nombre de consommateurs à souscrire à ses packs d’abonnement, il y aura forcément un moment où ils devront créer du contenu spécifiquement dans ce but. Pour corroborer mon propos, je m’appuie sur une étude que nous réalisons chaque année sur les tendances de consommation de contenu vidéo. Cette année, on observe une augmentation exponentielle du nombre de consommateurs qui préfèrent les services de SVOD aux dépends de l’AVOD (avec de la publicité), ou du TVOD. 

media+

Qu’est-ce qui va déterminer l’échec ou la réussite de Disney+

Beatriz ALONSO

Un des grands facteurs de succès est l’efficacité dans la création de contenus mais aussi dans sa diffusion dans plusieurs pays avec différentes exigences de localisation. C’est le cas pour toutes les entreprises qui travaillent dans le secteur. Pour ces dernières, il faut réduire le temps de création, de production et savoir distribuer des contenus pour de multiples plateformes (dispositifs mobiles, sites web, streaming sur Internet…). Disney a sans nul doute beaucoup d’expérience dans cette efficacité au niveau du contenu. 

media+

Un dernier mot d’analyse sur l’évolution du secteur ? 

Beatriz ALONSO

D’ici quelques années, nous assisterons à une «Spotifyfisation». Avec Spotify, plus personne n’écoute sa musique album après album, mais via ses propres playlists, ou une sélection de ses contenus favoris. Spotify nous offre une plateforme qui est indépendante de la personne qui crée ce contenu. L’évolution naturelle du contenu vidéo devrait être similaire.