B. HENRIQUET (Warner Bros. International TV Production France) : «Nous faisons le pari de la créativité»

206

MEDIA +

En tant que nouveau président de Warner Bros. International Télévision Production France, quelle est votre stratégie ?

Bruno HENRIQUET

Nous faisons le pari de la créativité. Même si nous sommes régulièrement alimentés par les formats étrangers des 17 filiales de Warner Bros., je souhaite que l’entité française devienne créatrice et exportatrice d’idées. Parmi des formats Warner comme «The Wheel»,  «The Bachelor» ou ceux d’Ellen de Generes, nous pouvons amener une touche d’artisanat et de créativité française pour s’adapter au plus près des besoins de nos chaînes. En revanche, il ne faut pas se complaire à reproduire les mêmes formules, nous serions alors à la merci de plateformes ou d’autres modes de diffusion. Force est de constater que depuis quelques années, il y a une baisse de l’innovation sur le marché international qui laisse une belle opportunité pour nous imposer. En parallèle, les fictions étrangères (de plus en plus de niches) sont moins puissantes pour les grandes chaînes, ce qui ouvre la voie à des cases pour lancer de nouveaux programmes.

MEDIA +

«Les Reines de la Route» saison 2 sur 6TER s’inscrivent-elles dans cette optique de création ?

Bruno HENRIQUET

Bien sûr ! Même s’il s’agit de l’adaptation d’un format allemand «Trucker Babes», nous faisons preuve de créativité. Sur la 1ère saison qui a réuni en moyenne 500.000 téléspectateurs sur 6TER, nous étions assez proches de la version originale. En saison 2, nous avons travaillé à la fois l’humeur, l’intensité et les nouvelles personnalités. Ce programme a été construit comme une fiction avec ses cliffhangers. On suit ainsi les difficultés et les joies que rencontrent nos routières. Dans chaque épisode, il y a un mélange de sentiments, de tension et de rire. L’objectif est de vivre en immersion avec des personnalités hyper volubiles. Entre le début des castings et la livraison du programme, 5 à 6 mois s’écoulent.

MEDIA +

Une écriture fictionnée au service d’un divertissement, est-ce une tendance lourde ?

Bruno HENRIQUET

Oui, mais il faut faire très attention pour ne pas donner l’impression que l’on fictionne la réalité. Le gros du travail se passe au montage. On essaie de magnifier la réalité pour lui donner la meilleure chance d’être appréciée par le public, de plus en plus habitué à des temporalités très courtes avec des épisodes de 45’. Après «Les Reines de la Route», 6TER nous a commandé «Les Rois du Nettoyage» où nous serons en immersion avec une dizaine de professionnels qui font leur métier parfois au péril de leur vie, au bord d’une autoroute avec les patrouilleurs autoroutiers, ou avec les égoutiers par exemple.

MEDIA +

Quels formats Warner aimeriez-vous adapter en France?

Bruno HENRIQUET

«The Wheel», un jeu innovant avec un gros dispositif mettant en scène 7 célébrités dans une énorme roue, qui vont aider des candidats dans un quiz. C’est un beau succès en Angleterre depuis 2 saisons sur BBC One, atteignant 6,1M de téléspectateurs et 27% de pda. Commandé aux Pays-Bas, en Allemagne et en Suède, le format débarque aux États-Unis. La réussite de cette adaptation sera déterminante par rapport à une potentielle arrivée en France.

MEDIA +

Comment faites-vous évoluer «Affaire conclue» ?

Bruno HENRIQUET

Avec ce rendez-vous, nous avons créé un lien assez phénoménal avec le téléspectateur. Les derniers épisodes inédits de 2021 sur France 2 ont battu des records avec 2,2M de fidèles à 17h00. C’est plus que certains Primes. Il s’agit d’un travail constant, d’autant que nous sommes à la saison 5. Nous renouvelons constamment l’émission sans oublier les fondamentaux. A cet effet, on est passé de 16 à 22% de pda de septembre à décembre. Nous cajolons ce programme. C’est une des rares émissions où l’on caste les objets et non pas les gens. En 2022, nous avons des idées de semaines thématiques pour la quotidienne. Et dans quelques semaines, nous allons proposer une nouvelle formule en Prime qui va nous faire voyager.

MEDIA +

Faire revenir «Le Bachelor», c’est jouable ?

Bruno HENRIQUET

Oui, je le pense. Ça reste le format de dating le plus distribué dans le monde. Des pays n’ont jamais arrêté de le diffuser. D’autres territoires comme le Japon l’ont même lancé avec succès en 2020 et la Suède et le Danemark y ont ajouté des twists surprenants et très dans l’air du temps. Certains territoires, comme la France, ont stoppé la diffusion entre 2 et 10 ans, puis l’ont reprise avec grand succès. La plupart du temps, les chaînes relancent d’abord «La Bachelorette» en 1ère saison, puis «Le Bachelor» en saison 2. Il y a tout un tas de possibilités pour rassurer le diffuseur dans une période post «Me Too». Le programme a su évoluer avec son époque. Il ne reste qu’à trouver le bon diffuseur.

LES DIRIGEANTS

B. HENRIQUET

Président

COORDONNEES

38 Quai du Point du Jour

Boulogne-Billancourt

DATE DE CREATION

Octobre 2016

PRODUCTIONS

«Affaire Conclue» (F2) ; «Les Reines de la Route» (6TER) ; «Super Nanny» (TFX),…