«Bagarre terrible» entre journaux, magazines et Apple sur l’iPad

158

Journaux et magazines se plaignent amèrement des conditions imposées par Apple pour commercialiser leurs titres et abonnements sur son incontournable tablette, l’iPad, et exposent ouvertement leurs pommes de discorde avec le géant technologique américain. En France, les directeurs de publication sont unanimes: les conditions imposées depuis mi-février par Apple pour les abonnements sur l’iPad, l’iPhone ou le baladeur iPod leur sont défavorables. «Il y a des bagarres terribles, c’est très compliqué», admet Philippe Jannet, PDG du Monde Interactif et président du Groupement des éditeurs de services en ligne (Geste). «On ne saurait accepter qu’Apple nous impose les prix, le partage des revenus et le contrôle des données (sur les acheteurs occasionnels ou abonnés, ndlr). Ce sont des choses essentielles pour la presse», poursuit-il. En France, 435.000 tablettes, pour une écrasante majorité des iPad, ont été vendues en 2010, et l’institut GfK table sur un million écoulées cette année. «Le problème, c’est que si vous voulez être présents sur l’iPhone et l’iPad, vous devez passer sous les fourches caudines d’Apple», souligne un éditeur souhaitant rester anonyme. En outre, ajoute-t-il, Apple est «une société ultracentralisée, où toutes les décisions remontent au top management». Les négociations avec la presse française sont donc arbitrées au siège californien de la firme à la pomme, à Cupertino, dans la Silicon Valley.