Le groupe de publicité en ligne Criteo voit une baisse de 75% de son bénéfice net au troisième trimestre 2022

449

Le groupe de publicité en ligne Criteo a vu son bénéfice net chuter de trois quarts au troisième trimestre sous l’effet d’une hausse des dépenses et d’un contexte macroéconomique morose qui freine le marché des annonceurs.

Le résultat net des mois de juillet à septembre a plongé de 73% à 7 millions de dollars, et l’entreprise a enregistré une perte de 5 millions sur les neufs premiers mois, contre 63 millions de dollars de bénéfices entre janvier et septembre 2021.

La baisse de 27% du bénéfice d’exploitation, à 50 millions de dollars, est notamment due à des «investissements prévues dans la croissance» et des embauches, qui n’ont été que «partiellement compensés» par une hausse des recettes, selon un communiqué.

Présentée comme indicateur clé pour apprécier la croissance de l’entreprise, l’entrée d’argent -moins les sommes reversées aux partenaires commerciaux (ou «ex-TAC» dans le jargon)- n’a progressé que de 1%, à 213 millions de dollars.

Il ressort moins bien qu’attendu par les analystes sondés par Bloomberg, qui tablaient sur 225 millions, alors que les dépenses courantes sont, elles, montées en flèche de 22% à 175 millions de dollars.

Le bénéfice net était également plombé, notamment, par des frais de restructuration, des acquisitions et des provisions pour risques juridiques.

Autre facteurs pesant sur les revenus: la réglementation sur la vie privée et le blocage des cookies, le ralentissement de la conjoncture dans le commerce de détail, des effets de change et l’arrêt des opérations en Russie, alors que la reprise du secteur touristique a eu un impact positif.

Sur l’année 2022, les revenus «ex-TAC» devraient croître entre 11% et 13% sur un an, hors effets de change, profitant aussi de l’acquisition de la plateforme technologique britannique Iponweb, finalisée début août après avoir été reportée en mai en raison de la guerre en Ukraine car les ingénieurs d’Iponweb étaient installés en Russie.

Annoncée en décembre, la transaction de 380 millions de dollars -la plus grosse opération de Criteo à ce jour- devait initialement être finalisée au premier trimestre et avait pour but d’aider l’ex-fleuron de la «French Tech» à réduire sa dépendance aux cookies publicitaires.