C. CHELLI (CAPA Drama) : «Nous essayons de produire des fictions haut de gamme, ambitieuses et à l’international»

274

Créée en septembre 1993 avec pour ambition de sortir du modèle stéréotypé de la fiction télévisuelle, CAPA Drama s’impose aujourd’hui sur de grandes séries internationales. Entretien avec Claude CHELLI, Directeur général de CAPA Drama (Newen Studios).

MEDIA +

A partir du 31 octobre, CANAL+ propose «Marie-Antoinette», une série d’envergure que CAPA Drama coproduit avec Banijay Studios France et Les Gens. Pour un long travail de mise en route ?

Claude CHELLI

De l’idée à la réalisation, trois ans de travail ont été nécessaires pour aboutir à cette création originale de 8X52’ tournée en langue anglaise. «Marie-Antoinette» est née d’un désir commun avec CANAL+ de renouveler autrement l’aventure «Versailles» qui a été un grand succès à l’international (vendu dans plus de 150 pays). Le personnage de Marie-Antoinette, emblème de la royauté française, destin tragique et icône qui a traversé les siècles, s’est rapidement imposé à nous. On a disposé d’un budget de 27 M€ pour produire la série. Nous n’avons pas lésiné sur les décors pour construire notamment les appartements royaux de Versailles au cœur des studios de Bry-sur-Marne. Quant aux costumes, ils ont été confectionnés par Madeline Fontaine et Marie Frémont.

MEDIA +

Avez-vous déjà des préventes ?

Claude CHELLI

A ce jour, «Marie-Antoinette» a été pré-vendue à la BBC au Royaume-Uni et à PBS aux Etats-Unis.

MEDIA +

La série internationale, une spécificité de CAPA Drama ?

Claude CHELLI

Nous essayons de produire des fictions haut de gamme, ambitieuses et à l’international. Appartenant au groupe Newen, nous avons des contacts à l’étranger qui nous permettent d’échanger des idées plus facilement et de voir comment se portent les marchés. Cela ne nous empêche pas de produire des fictions bien françaises pour France Télévisions ou TF1.

MEDIA +

Se frotter à la fiction historique, ce n’est pas chose aisée…

Claude CHELLI

Je ne parle jamais de fiction historique. Nous faisons de la série TV avec une thématique historique. On ne prétend pas être exact sur tous les points même si le fond de l’affaire est la réalité. Nous avons une vision d’auteur sur cette époque. Deborah Davis (scénariste de «La Favorite», nldr) s’est emparée de la série pour proposer un regard nouveau sur Marie-Antoinette, dont l’imagerie irrigue aujourd’hui toute la pop culture. C’est un personnage pro-actif et résolument féministe. Deborah Davis le résume très bien : une fille du 20ème siècle projetée au 18ème siècle. Notre vision de la série s’établit dès le départ sur trois saisons.

MEDIA +

Pour optimiser les budgets, pourquoi ne pas tourner trois saisons à la suite ?

Claude CHELLI

Ce serait un rêve ! Mais cela reste compliqué à écrire. La première saison a été imaginée en plein Covid. Les scénaristes sont à Londres et nos équipes fonctionnent constamment par Zoom. Sur «Marie-Antoinette», notre parti pris a été de tourner 50% en studio et 50% à l’extérieur. On a appris de notre expérience sur «Versailles» pour compenser les choses, mutualiser les décors, tirer le maximum de tous les départements.

MEDIA +

Produisez-vous de la série contemporaine ?

Claude CHELLI

Oui, nous écrivons actuellement le pilote d’une série sur les casinos pour CANAL+. Et nous développons une série thriller «13ème étage» pour TF1 en co-production avec nos partenaires Espagnols de IZEN.

MEDIA +

Et les unitaires ?

Claude CHELLI

Pas vraiment ! Nous sommes trop occupés par les séries… Mais nous ne sommes pas fermés, bien évidemment.

LES DIRIGEANTS

C. CHELLI

Dirceteur général

M. BALSAN

Productrice

COORDONNEES

71, rue de la Victoire 75009 Paris

DATE DE CREATION

1993

PRODUCTIONS

«Marie-Antoinette» (C+), «Versailles» (C+), «Osmosis» (Netflix)…