Chômage partiel chez SFR : la CFDT dénonce un «effet d’aubaine»

167
L’opérateur de télécommunication SFR a fait une demande de chômage partiel concernant 5.000 postes, soit 40% de l’effectif, dénoncée comme un «effet d’aubaine» par la CFDT qui conteste la justification économique de la mesure dans un communiqué mardi. Pour la CFDT, le pôle télécom d’Altice France (SFR et d’autres filiales) est certes constitué de boutiques…
Le contenu de cet article est payant. Pour voir cet article, vous devez l'ajouter à votre panier

4.50 Ajouter au panier