Claude François: enquête sur ses derniers jours (France 2, le 4 juillet à 23h15)

    153

    Près de 30 ans après le décès de Claude François, France 2 propose une enquête inédite sur les derniers jours du chanteur, mort par électrocution le 11 mars 1978, qui donne la parole à de nombreux témoins dont le médecin personnel de l’artiste. Cette enquête commentée par Laurent Delahousse inaugure une nouvelle collection de France 2, «Un jour, un destin», diffusée chaque mercredi en deuxième partie de soirée pendant l’été. Le documentaire illustre, à travers la fin de Claude François, les petits riens qui peuvent précipiter ou éviter un drame. Trois jours avant l’accident, après de multiples et orageux rappels à l’ordre du chanteur, un électricien avait entrepris le 8 mars de réviser son appartement parisien. Respectant les consignes habituelles, une assistante n’a pas osé réveiller le chanteur pour permettre au technicien d’entamer les travaux dans la salle de bains, accessible uniquement par la chambre. «Le plus incroyable est que l’on découvre à quel point le destin est scellé et que Claude François n’y échappera pas», estime le journaliste Bertrand Tessier, auteur de cette enquête qui délivre un portrait en profondeur de l’idole, pour dépasser le côté «strass et paillettes». «Claude François estimait qu’il avait la baraka et qu’il ne pouvait pas mourir. La seule fois où il a accepté d’en parler, c’était dans une interview la veille de son décès», indique M. Tessier. Le 11 mars, Claude François doit participer à l’émission «Les rendez-vous du dimanche». Michel Drucker et le réalisateur Rémy Grumbach l’attendent aux Buttes Chaumont. A 14h20, le chanteur les rassure au téléphone. Quelques instants après, Claude François prend une douche et en sortant de la baignoire, touche l’applique décentrée et remise mille fois en place qui provoque l’électrocution. Retrouvé par France 2, le major Maquinot des pompiers de Paris confirme que les fils s’étaient usés jusqu’à entrer en contact avec le métal. Le jour des obsèques, sans que le calendrier soit modifié, la dernière chanson de Claude François qui évoque sa ville natale, est dans les bacs, «Alexandrie Alexandra».