CNews: Reporters sans frontières saisit le Conseil d’Etat pour contester «l’inaction» de l’Arcom devant le Conseil d’Etat

101

Reporters sans frontières (RSF) a annoncé jeudi avoir saisi le Conseil d’Etat pour contester, d’après elle, «l’inaction de l’Arcom», le régulateur de l’audiovisuel et du numérique, «face aux manquements de CNews à ses obligations» en matière d’information.
L’ONG de défense de la liberté de la presse indique avoir déposé auprès du Conseil d’Etat un recours contre une décision de l’Arcom liée à CNews, chaîne dans le giron du groupe Bolloré. RSF avait appelé fin novembre l’Arcom à engager une procédure de mise en demeure pour la sommer de respecter ses obligations réglementaires, à savoir honnêteté, indépendance et pluralisme de l’information. Une demande à laquelle l’Arcom n’a pas donné suite, dans une réponse à RSF en date du 5 avril.
Selon ce document, le régulateur rappelle avoir à plusieurs reprises haussé le ton avec CNews – en 2021 notamment via deux mises en demeure sur le respect du pluralisme politique et une mise en garde sur une présentation honnête des faits. Interrogée sur le sujet, l’autorité régulatrice n’a pas souhaité faire de commentaire. «On estime que l’Arcom doit faire plus», a déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Le régulateur «ne donne malheureusement pas vraiment de contenu à ces trois obligations, on a l’impression que ce sont des voeux pieux». Or «le risque c’est très clairement une dérive à l’américaine, avec des chaînes unilatérales où l’information est sous tutelle», «une polarisation des médias qui entraîne un polarisation de la société et ça, c’est vraiment dangereux», ajoute-t-il. En première ligne, CNews qui, selon RSF, «s’est transformée sous la houlette de Vincent Bolloré en un média qui diffuse des opinions de manière massive et orientée» et «au service d’un agenda politique précis». Sollicitée, la chaîne n’a pas souhaité réagir.
Pour étayer son recours, RSF s’appuie sur une étude de François Jost, sémiologue et professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Sorbonne-Nouvelle. Ce dernier y relève que sur les deux tranches horaires dédiée à l’information sur CNews – «Midi News» et «Soir info»- «l’information stricto sensu, comme énonciation de faits, occupe 13% du temps».
Enfin, RSF pour qui il faut «revoir le cadre légal lui-même pour imposer et permettre à l’Arcom d’exercer la plénitude de son rôle», annonce avoir déposé auprès du Conseil d’Etat une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) afin que le Conseil constitutionnel «statue sur la conformité de la loi de 1986 sur l’audiovisuel».