Cybersécurité: «personne n’était à l’abri des pirates informatiques», rappelle l’Anssi

257

Le directeur général de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi), Guillaume Poupard, a rappelé mercredi que personne n’était à l’abri des pirates informatiques, estimant toutefois que les grosses attaques récentes avaient provoqué une prise de conscience. «Plus grand monde ne me dit «Moi, je ne suis pas une cible» comme c’était le cas il y a encore quelques années», a relevé M. Poupard, qui ouvrait les Assises de la sécurité et des systèmes d’information, le grand salon de la cybersécurité de Monaco. «Je vais être cynique, mais on a eu la chance d’avoir ces attaques au printemps qui ont montré que des attaques informatiques (…) pouvaient littéralement toucher n’importe qui, des grandes entreprises, des petites, des PME, vous et moi en tant que citoyens, des Etats entiers… Aujourd’hui, tout le monde est une cible potentielle, donc tout le monde doit être acteur de la sécurité numérique», a-t-il souligné.Ces attaques des malwares Wannacry et NotPetya au printemps, qui ont affecté des organisations et entreprises dans le monde entier – dont Saint-Gobain – et fait plusieurs milliards de dégâts, ont eu le mérite de sensibiliser les dirigeants à la nécessité de prendre en compte la cybersécurité, s’est félicité M. Poupard. Plus généralement, «il n’y aura pas de transformation numérique sans sécurité numérique», a-t-il estimé. Au-delà du rôle de l’agence qu’il dirige – qui s’occupe de la sécurité des réseaux du gouvernement et supervise celle des opérateurs vitaux pour la Nation -, Guillaume Poupard a appelé à la généralisation des actions de sensibilisation à tous les échelons, des grands groupes aux PME et aux simples citoyens. Pour ces derniers, il s’est félicité de l’ouverture, la semaine prochaine, de la plateforme cybermalveillance.gouv.fr, qui permettra d’«apporter une réponse très pragmatique» aux victimes en les mettant «en contact avec les gens qui peuvent les aider».