D. EMILE (Netflix) : «Le genre documentaire est tout aussi important que la fiction»

344

Pour soutenir le genre documentaire, Netflix était présent à la 6ème édition du Fipadoc pour présenter son offre et ses besoins aux acteurs du secteur. L’occasion pour media+ d’évoquer la place du documentaire sur la plateforme avec Dolores EMILE, Directrice des documentaires et des programmes de Flux chez Netflix France.

media+

Quelles sont les raisons  de votre présence au Fipadoc ?

Dolores EMILE

Il est important pour Netflix de se rendre à un événement comme le Fipadoc. L’idée est de pouvoir présenter notre offre documentaire, mais aussi d’engager des discussions avec les acteurs du secteur. Nous pouvons ainsi démontrer, une nouvelle fois, que Netflix est un partenaire sérieux et un soutien au genre documentaire. Lors de ces rencontres, nos discussions sont très riches. Et cette année, nous sommes ravis de présenter pour la première fois une de nos séries documentaires «Raël le prophète des extraterrestres» en avant-première.

media+

Netflix s’implique dans l’univers documentaire. Recevez-vous de plus en plus de projets ?

Dolores EMILE

Bien sûr ! Nous recevons énormément de projets. Nous produisons entre 5 à 10 documentaires par an. Le genre documentaire est très présent dans notre catalogue. Pour Netflix, ce genre est tout aussi important que la fiction. Nos abonnés plébiscitent nos documentaires.

media+

Quelles sont les thématiques recherchées pour vos documentaires ?

Dolores EMILE

Chez Netflix, on ne s’interdit rien ! Nous n’avons pas de thématiques de prédilections, toutes les idées peuvent être bonnes à prendre. Nous recherchons des histoires fortes, des parcours singuliers et romanesques. L’enjeu est ensuite de pouvoir faire réagir nos abonnés, et de faire naître des discussions autour de nos documentaires. Le projet doit interpeller le public français, d’une manière ou d’une autre.

media+

Le format série, marque de fabrique de Netflix, est de plus en plus exploité par les chaînes linéaires. Quel regard portez-vous sur cette évolution ?

Dolores EMILE

C’est très flatteur ! Nous voyons notre impact, avec humilité, sur l’industrie. Cette évolution est aussi très bénéfique pour la création et les producteurs. Cela permet d’innover dans le format, mais aussi dans l’écriture et le ton des documentaires. La création doit être au cœur des dossiers que nous recevons.

media+

Quels sont les documentaires à venir sur Netflix ?

Dolores EMILE

Dès le 7 février 2024, nous diffuserons notre série-documentaire «Raël : le prophète des extraterrestres» (Production : KM). Dans cette production, nous nous intéresserons à l’évolution d’une religion inspirée par les extraterrestres, devenue une secte controversée. Cette série-documentaire répond parfaitement à nos atentes puisqu’elle va être source de conversations, et de réactions, pour nos abonnés. Nous pouvons aussi annoncer qu’une saison 2 de «Tour de France» est dans les tuyaux pour une diffusion à l’été 2024. Notons aussi la diffusion très prochainement de «L’affaire d’Outreau».

media+

Les documentaires sont-ils plébiscités par les abonnés Netflix ?

Dolores EMILE

Tout comme la fiction, le genre documentaire signe de beaux succès sur Netflix. Notre série-documentaire «Affaire Bettencourt» a été pendant deux semaines dans le global Top 10 TV (non-english) et dans le Top 10 TV dans 63 pays. Notons aussi le succès de la première saison de notre série-documentaire «Tour de France» qui a été pendant une semaine dans le Global Top 10 TV (non-english) et dans le Top #10 TV dans 15 pays.