Des relances en anglais générées par l’intelligence artificielle sur la radio musicale Dance One

123

La radio musicale Dance One utilise des relances en anglais générées par l’intelligence artificielle, comme «porte d’entrée internationale» selon Antoine Baduel, Président Directeur Général de Maison FG, groupe audio-numérique basé à Paris.

Pour tenter de renforcer l’audience numérique dans le monde, depuis le 20 novembre il y a deux relances anglophones de 10-15 secondes par heure sur cette radio de dance music, comme son nom l’indique, destinée à un jeune public.

«Chez Maison FG, on a toujours fait rimer musique techno et technologie, on a toujours profité des technologies digitales pour se développer», expose Antoine Baduel.

Certains garde-fous guident la démarche selon le responsable: «aucune auto-génération, chaque relance est validée par un programmateur de la radio, et il n’y a aucun remplacement de personnel existant, c’est un complément».

Maison FG s’est appuyée sur la technologie développée par la société américaine Futuri, «avec des voix humaines clonées, pour éviter tout rendu synthétique», selon le Président Directeur Général de Maison FG.

«On n’aurait pas eu les moyens d’avoir des animateurs en anglais», ajoute-t-il. «C’est un outil, pas un substitut, insiste Antoine Baduel. On arrive à une petite animation. Mais avec l’intelligence artificielle, jamais on n’arrivera à la spontanéité, l’humour, la réactivité qu’on attend d’un animateur».

Et il est hors de question à ses yeux que l’intelligence artificielle soit chargée de chercher des nouveaux morceaux: «L’algorithme sur certaines plateformes, c’est une prison dorée, vous n’écoutez plus qu’un fil musical, un flux répétitif, le contraire de la Maison FG, animée par des personnes avec vision et engagement».

Pour les personnes dont la voix a été clonée, une rémunération a été mise en place «pour les séances d’enregistrement et l’usage des voix» poursuit le responsable.

Antoine Baduel a identifié les écueils à éviter dans les commandes passées à l’intelligence artificielle.

Comme l’humour de l’intelligence artificielle, «totalement lunaire, hors-champ». «Et quand on demande à l’intelligence artificielle de donner l’agenda d’un artiste qui vient d’être joué, il faut vérifier que la date d’un concert corresponde bien à l’année actuelle car un jeudi 30 novembre a pu avoir lieu déjà il y a 10 ans pour un artiste établi», conclut-il.