Avec «Diversion», Arthur réinvente la magie sur TF1

372

Le temps d’une soirée, six magiciens spécialistes de l’illusion, de la magie de rue ou encore du mentalisme vont prendre le contrôle de l’émission. Voilà plusieurs années que les chaînes de télévision se creusent les méninges pour trouver des formats impactants dédiés à la prestidigitation. C’est maintenant chose faite avec «Diversion».

Sur une idée d’Arthur, cette création originale ne se limite pas à un enchaînement classique de numéros. «Au contraire, l’idée de base a été de réunir six jeunes magiciens afin qu’ils allient leur expérience pour travailler ensemble et bluffer le public», nous indique la productrice artistique de l’émission. Au programme, des tours individuels, interactifs, des caméras cachées ou encore un numéro collectif où les illusionnistes vont dépoussiérer les grands classiques de la magie. Afin d’incarner au mieux les magiciens, la production a fait appel à des professionnels reconnus dans leur secteur : Kamel Le Magicien spécialiste de la «Street Magie», Luc Langevin «Le Scientifique», Gus «Le manipulateur», Fred Razon «Le pickpocket», Caroline Marx «La charmeuse» – l’une des rares femmes magiciennes – et enfin Enzo «L’insaisissable» adepte des grandes illusions. Chaque illusionniste a été recruté pour sa personnalité et ses typologies propres. En coulisses, ces derniers sont accompagnés de consultants qui travaillent, avec la production, à optimiser leurs tours pour la télévision.

«Diversion» a pour objectif de montrer la facette moderne de la magie, telle qu’elle existe aujourd’hui. Exit les lapins dans le chapeau. Sur le plateau ou dans la rue, les magiciens vont surprendre anonymes et célébrités à coups de tours revisités. Il y en a pour tous les goûts: close-up, mentalisme, expériences physiques… «La magie est redevenue à la mode depuis quelques années.

Avec ce que l’on trouve sur YouTube, au cinéma ou dans les nouveaux spectacles d’illusions, on est entré dans le cœur des Français et des Belges, toutes générations confondues, explique Enzo l’Insaisissable. Le public anglo-saxon a toujours eu quelques longueurs d’avance sur nous, avec une vision moderne de notre art». Artistiquement, l’équipe de «Satisfaction», la société de production d’Arthur, s’est ouvertement inspirée des films américains à succès «Insaisissables» avec Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo ou encore Daniel Radcliffe. «Nous avons misé sur un plateau moderne, très épuré pour que la magie reste la vedette de l’émission», assure la productrice. «On se croirait sur une production hollywoodienne», rajoute Enzo qui présentera, entre autres, un numéro axé sur le détournement d’attention où l’astuce sera, en partie, révélée. Présents sur le plateau, des invités spéciaux : Marianne James, Guillaume de Tonquédec, Claire Keim, Artus, Sandrine Quétier et Rayane Bensetti. Comme le public, ils seront parfois amenés à participer aux tours. «Diversion» a nécessité «une préparation conséquente». Le gros enjeu de la production a été de répondre aux besoins des illusionnistes afin que leur secret soit bien conservé.

Même si TF1 n’a signé qu’une seule émission pour le moment, des pays étrangers ont déjà montré un vif intérêt pour le concept. Il y a quelques années, seul David Copperfield avait réussi à démocratiser la magie à la télévision. Avec la nouvelle génération de magiciens qui débarquent sur le marché, la relève est d’ores et déjà assurée.