Enfants dans les médias : charte signée en vue de protéger leur image

318

 

Une charte officielle sur l’utilisation de l’image des enfants dans les médias a été signée, en vue de combattre notamment «l’hypersexualisation» des petites filles, a annoncé mardi le ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale. La ministre Roselyne Bachelot avait lancé fin novembre «un groupe de travail sur l’élaboration d’une charte relative à la protection des enfants dans les médias intégrant un focus sur l’hypersexualisation». Ce groupe était présidé par Jacques Hintzy, président d’Unicef France. La charte, remise mardi, rappelle l’ensemble des droits de l’enfant. Elle définit également les engagements des médias en matière de protection de l’enfant et les actions à mettre en oeuvre pour être appliquée.  Les signataires s’engagent par exemple à «ne pas diffuser, y compris dans les espaces publicitaires, d’images hypersexualisées d’enfants, filles comme garçons, notamment dans une mise en scène érotisée, ou portant des vêtements, accessoires ou maquillage à forte connotation érotique». La charte a pour vocation à être «signée par des responsables des médias de la presse écrite et de la presse audiovisuelle», précise le communiqué. Francine Mariani-Ducray, membre du  Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et Marielle Quemener, responsable des affaires juridiques et sociales du Syndicat de la presse magazine (SPM), l’ont d’ores et déjà signée. Le ministère avait aussi confié à la sénatrice UMP Chantal Jouanno, ancienne ministre des Sports, une mission voisine «sur les dispositifs d’observation et de régulation des médias concernant le phénomène de l’hypersexualisation des enfants», par exemple dans les publicités les mettant en scène dans des tenues ou des comportements d’adulte. Ce rapport sera remis le 5 mars.